“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Nom de code : Furiosa

Mis à jour le 07/05/2018 à 05:16 Publié le 07/05/2018 à 05:16
Arlène Berceliot Courtin et Thibault Vanco présente la première expression de leur projet, dans un espace éphémère à Beausoleil.

Arlène Berceliot Courtin et Thibault Vanco présente la première expression de leur projet, dans un espace éphémère à Beausoleil. CV

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Nom de code : Furiosa

En tandem, ils ont imaginé cette structure pour mettre en valeur des artistes et donnent à voir une nouvelle proposition artistique en Principauté. Une idée prometteuse

L'appellation est en italien, le projet vient d'éclore à Beausoleil mais il est bien monégasque. Nom de code : Furiosa. Derrière ça une structure inédite qui entend promouvoir l'art contemporain, accompagner les artistes et organiser des événements en Principauté. L'idée, est celle d'Arlène Berceliot Courtin et Thibault Vanco.

Tous les deux se sont forgés aux Beaux-Arts. Elle ensuite à la Sorbonne, lui au Pavillon Bosio. Puis se sont rencontrés, lors d'une édition de Art Monte-Carlo. Ou est venue l'envie d'unir leur vision pour ce projet.

Une première exposition

« Nous cherchons à être un point d'ancrage autour de la Méditerranée, avec une signature particulière, mobile, pour proposer quelque chose de complémentaire à l'offre monégasque » résume Arlène Berceliot Courtin.

Première expression, cette exposition, intitulée I simply never get lost in the story, présentée jusqu'au 13 mai, dans un lieu insolite, derrière l'école Saint-Charles, à Beausoleil. Ensemble, le tandem a sélectionné des artistes contemporains internationaux exposés dans ce lieu éphémère qui fut tour à tour une laverie puis un cabinet médical. Un écrin devenu white box ou sont disséminés des œuvres d'Emilie Pitoiset, Camille Blatrix, Jason Dodge, Mélanie Matranga et Karl Larsson, qui se retrouvent liés dans la visite faite à deux voix par le duo de curateurs.

Leur envie ? «Aller vers un nouveau public avec des modes opératoires différentes pour promouvoir de jeunes artistes » souligne Thibault Vanco. À ce titre, un calendrier pour l'automne est déjà en maturation et un Furiosa club à la réflexion. Une démarche, qui mérite un coup d'œil.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.