“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Marianne s'installe aux Terrasses

Mis à jour le 31/03/2017 à 05:20 Publié le 31/03/2017 à 05:20
Marianne des Terrasses entourée (de gauche à droite) de Gilbert Mary, ancien maire de Breil-sur-Roya, Xavier Beck, maire de Cap-d'Ail, Marie Adamo-Bronsone, sa petite-fille, Xavier Delmas,  le « M. Culture de Cap-d'Ail », Christophe Trojani, maire de Villefranche et Sabrina Ferrand, conseillère départementale.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Marianne s'installe aux Terrasses

C'est une cérémonie plutôt inhabituelle qui s'est déroulée au château des Terrasses de Cap-d'Ail et qui a rassemblé de nombreux invités autour du maire de la ville, mais également de celui de Villefranche-sur-Mer et de Marie Adamo-Bronsone, élue à Villefranche, mais aussi et surtout sculpteur.

C'est une cérémonie plutôt inhabituelle qui s'est déroulée au château des Terrasses de Cap-d'Ail et qui a rassemblé de nombreux invités autour du maire de la ville, mais également de celui de Villefranche-sur-Mer et de Marie Adamo-Bronsone, élue à Villefranche, mais aussi et surtout sculpteur.

Car le personnage central de cette soirée n'était autre qu'une des œuvres de l'artiste, offerte à la ville de Cap-d'Ail : une Marianne.

Symbole de la République et de ses valeurs, ce buste en plâtre d'un peu plus de 50 centimètres a été dévoilé avec beaucoup d'émotion par l'artiste et par sa petite-fille.

« Tous les idéaux de cette France »

Pour Marie Adamo Bronsone, cette Marianne qui « porte son regard lointain vers un avenir encore plus fraternel, égalitaire et respectueux de nos libertés » va encore au-delà du symbole républicain ; elle représente tous les idéaux de cette France qui l'a accueillie, elle la petite-fille italienne migrant depuis la Tunisie en 1958.

Sa Marianne, elle l'a voulue simple, sereine et inébranlable dans ses certitudes. Mais pourquoi une Marianne viendrait-elle trôner au Château des Terrasses plutôt qu'en mairie?

Car désormais, les élus municipaux peuvent célébrer les unions aux Terrasses, sous le regard de cette Marianne signée Marie Adamo-Bronsone, jumelle de celle que l'on trouve en mairie de Villefranche, mais également en mairie d'Eze.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.