Rubriques




Se connecter à

Les "lapidaires" de la villa Sauber déménagent

Phénomène de migration culturelle ?

La rédaction Publié le 14/12/2015 à 05:06, mis à jour le 14/12/2015 à 05:06
Les sculptures anciennes ont quitté les jardins de la villa Sauber, par les airs à l'aide d'une grue pour rejoindre le Musée d'anthropologie préhistorique. (DR)

Phénomène de migration culturelle ? Une série de cinq sculptures anciennes - des lapidaires - ont quitté le jardin de la villa Sauber du Nouveau Musée National de Monaco (NMNM) pour rejoindre les collections du Musée d'anthropologie préhistorique (MAP). Échange de bons procédés entre les deux institutions muséales. Le premier en ayant fait don au second.

En détail, un sarcophage de l'Antiquité romaine, une double colonnette en marbre, deux chapiteaux gothiques et un fragment d'entablement en calcaire (époque médiévale, XIe au XVe siècle) qui étaient jusque-là exposés dans les jardins de la villa Sauber, suite à un don de Madame Besson-Maufrangeas.

Travaux scientifiques à venir

Ces œuvres, en extérieur, commençaient à subir les aléas du temps. Le NMNM, après avoir fait procéder à des interventions de restauration par les Musées de France, a choisi tout naturellement de déposer ces témoignages archéologiques au Musée d'Anthropologie préhistorique.

 

Une donation, simple sur le papier, mais qui a nécessité de grandes manœuvres en pleine nuit pour soulever les imposantes et lourdes sculptures, les gruter pour les sortir des jardins de la villa Sauber et les transporter jusqu'au musée d'anthropologie, situé sous le Jardin exotique.

Le MAP a choisi, autour de ces œuvres, de lancer une étude et valorisés ces pièces. Les médaillons et motifs sculptés vont faire l'objet de futurs travaux scientifiques. Et le public, peut déjà venir admirer cette nouvelle collection.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.