“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Les belles mécaniques pavoisent à Roquebrune

Mis à jour le 21/01/2018 à 05:14 Publié le 21/01/2018 à 05:14
Une quarantaine d'engins, anciens ou actuels, sont exposés sous le chapiteau : motos, scooters et même side-cars.

Une quarantaine d'engins, anciens ou actuels, sont exposés sous le chapiteau : motos, scooters et même side-cars. Jean-Sébastien Gino-Antomarchi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les belles mécaniques pavoisent à Roquebrune

Sous le chapiteau de l'esplanade Jean-Gioan, des dizaines de motos et scooters d'époque sont exposées jusqu'à ce soir. Pour le plus grand bonheur des passionnés et autres collectionneurs

Sous le chapiteau blanc, les baffles crachent du Jimi Hendrix et du Elvis Presley. Ambiance assurément rock pour ce tout premier salon de la moto à Roquebrune-Cap-Martin. Casque à la main, les motards en blouson de cuir déambulent sur le tapis rouge pour zieuter les belles mécaniques. À première vue, le thème annoncé par les organisateurs, « D'hier à aujourd'hui », n'est en rien galvaudé. Outre les concessionnaires - logiquement présents pour faire du business - la quarantaine d'engins préservés derrière la rubalise bleue offre aux visiteurs un réel voyage dans le temps.

La doyenne date de… 1 914

Il y a ce Vespa Heinkel de 1962 qui, paraît-il, est le premier modèle allemand à démarreur électrique. Ou encore cette Indian de 1942.

« C'est ma dernière acquisition, souffle fièrement André Mazzoni, président de Motos et Scooters anciens de Roquebrune-Cap-Martin, à l'origine de l'événement. Cela fait vingt ans que je cours après cette moto. Elle appartenait à un Roquebrunois qui la stockait dans une grange depuis les années cinquante. »

La « bécane », jadis à l'armée américaine, semble tout droit sortie d'un film. Encore dans son jus, comme on dit dans le jargon des collectionneurs. Avec de la paille dans les roues et une allure rubigineuse.

À côté se dresse la doyenne du salon : une Terrot noire de 1914. Une ancêtre, au sens noble du terme. « Un jour, je suis tombé sur une annonce avec cette moto incomplète. Il fallait finir de la restaurer puisqu'il manquait un réservoir, explique le propriétaire, Fabrice Pastor. Il a fallu le construire car je ne l'ai jamais trouvé. Au final, ça m'a coûté aussi cher que l'achat de la moto. »

Ces passionnés prêts à mettre la main à la bourse et à bichonner leur « bébé » sont pléthore à arpenter les allées du salon. « Ce qu'on aime, c'est restaurer soi-même, justifie Michel Lantez qui a notamment jeté son dévolu sur une moto des années vingt. Être dans son atelier et arriver à sublimer l'engin à partir d'un tas de rouille. Il faut arriver à le faire soi-même en achetant des pièces détachées sinon on y met une fortune. »

Bourse aux pièces détachées

Justement, derrière le rideau noir se cache Stefano Pracca, un garagiste qui en vend quelques-unes de rares. Des années 1910 à 1970.

« Des freins, des réservoirs, des phares, des carburateurs, des magnétos… Elles n'ont pas été faciles à trouver et il faut parfois prendre son mal en patience », sourit-il.

Et pour les néophytes en mécanique mais prêts à mettre la main dans le cambouis, « Le Bouclard », présent au salon, possède un atelier participatif à Sospel. « On leur donne les bases, on les aide à remettre la machine en route. C'est eux qui font, pas nous, insiste Patrick Huber, membre de l'association. Il faut dire que c'est plus facile que les motos d'aujourd'hui bourrées d'électronique. Là, c'est de la mécanique pure et dure. »

De belles mécaniques qui paraderont bientôt sur l'asphalte de la Principauté, à l'occasion du prochain Grand Prix Historique.

Un tour d'honneur pour ces « dames » qui n'ont pas perdu une seule ride. Et ce, malgré les décennies.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.