“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les arbres brûlés de Philippe Pastor débarquent à Monaco

Mis à jour le 08/07/2016 à 05:11 Publié le 08/07/2016 à 05:10
Du 5 au 25 juillet, le parvis du Grimaldi Forum accueille les arbres brûlés de Philippe Pastor.

Du 5 au 25 juillet, le parvis du Grimaldi Forum accueille les arbres brûlés de Philippe Pastor. Photo DR

Les arbres brûlés de Philippe Pastor débarquent à Monaco

Après un passage dans deux grandes gares parisiennes, Singapour et Megève, les arbres brûlés de Philippe Pastor s'installent sur le parvis du Grimaldi Forum jusqu'au 25 juillet.

Après un passage dans deux grandes gares parisiennes, Singapour et Megève, les arbres brûlés de Philippe Pastor s'installent sur le parvis du Grimaldi Forum jusqu'au 25 juillet.

Seize troncs calcinés, récupérés par l'artiste monégasque, trônent sur leur socle de rouille de 175 kg. « Je souhaite montrer ce que le feu peut engendrer à l'échelle planétaire. Chaque année, des milliers d'hectares brûlent et les gens ont l'air de s'en foutre. Pour que la Terre ait ses chances, la prise de conscience doit être mondiale. »

Esprit libre

Pour cogner les esprits : des arbres noirs, brûlés jusqu'à l'écorce. « Je veux montrer l'horreur et donner envie d'agir. La fin du monde n'est pas abstraite, nous y arrivons… » Le message écolo est totalement assumé, légèrement désenchanté, mais pas dénué d'espoir. « Mon projet n'est pas tragique. Mon projet, c'est l'avenir de la planète et sa préservation. »

Sur l'invitation d'Adriano Ribolzi, du comité organisateur de l'European Art Fair Monaco, l'artiste a accepté d'installer son montage en Principauté. « Je suis monégasque mais je ne m'occupe pas des histoires immobilières de ma famille, ce n'est pas ma vie. À Monaco ou ailleurs, ce qui compte, c'est que mes arbres soient là. »

Enfant rebel de la famille, Philippe Pastor vit de liberté et de motos - 25 000 kilomètres par an pour ce fan de Harley.

D'abord basé à la Garde-Freinet dans le Var, son atelier est sa maison, et son groupe artistique, sa deuxième famille.

C'est dans cette région, après les incendies ravageurs de 2003, que l'artiste a eu l'idée de ses arbres calcinés.

« Nous avons ramené dans nos locaux les troncs encore brûlants, nous les avons placés contre un mur et le travail a commencé. » Un travail artistique, écolo et noir comme le charbon.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct