“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'UPAW verse 25000e à la Fondation Prince Albert II

Mis à jour le 26/10/2018 à 05:07 Publié le 26/10/2018 à 05:06
Artistes, organisateurs et bienfaiteurs de l'UPAW se sont réunis, hier, pour remettre un chèque à la Fondation Prince Albert II.

Artistes, organisateurs et bienfaiteurs de l'UPAW se sont réunis, hier, pour remettre un chèque à la Fondation Prince Albert II. C.V.

L'UPAW verse 25000e à la Fondation Prince Albert II

C'est un rendez-vous qui commence à s'installer en Principauté.

C'est un rendez-vous qui commence à s'installer en Principauté. L'Urban Painting Around The World (nom de code UPAW), qui a réuni cet été dix artistes de street art, dont les régionaux Beli et Mr OneTeas, pour trois jours de travail en plein air pour créer des toiles inédites ensuite vendues aux enchères. « Je suis très fier de cette manifestation, qui dédouane le street art et les artistes sont repartis heureux », commente Alberto Colman, initiateur du projet qui a permis de capitaliser cette année 25 000 euros de bénéfices.

Une somme que les organisateurs ont choisi de reverser à la Fondation Prince Albert II, comme l'an passé.

Pour la protection des chimpanzés en Ouganda

L'argent, remis hier à Bernard Fautrier, devrait permettre de poursuivre le soutien pour la protection des chimpanzés en Ouganda, que soutient la fondation.

En 2019, la 3e édition de Urban Painting Around The World devrait réunir davantage d'artistes. Sur un thème de circonstance : la sauvegarde des animaux en voie de disparition.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct