“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

L’atelier Folon, un lieu suspendu dans le temps A La Hulpe en Belgique, le souverain a visité la fondation

Mis à jour le 28/02/2019 à 10:01 Publié le 28/02/2019 à 10:01
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

L’atelier Folon, un lieu suspendu dans le temps A La Hulpe en Belgique, le souverain a visité la fondation

L’espace qu’a occupé Jean-Michel Folon au quai Antoine-Ier jusqu’à sa mort en 2005 est accessible au public. On peut même s’y exercer à l’aquarelle, sur les tables où l’artiste travaillait

Cela fera trois ans en mars que le lieu a été adapté pour s’ouvrir au public. Pourtant, l’atelier de Jean-Michel Folon, situé au 8 quai Antoine-Ier, demeure une pépite parfois confidentielle en Principauté.

En 2005, à la mort de l’artiste en Principauté, l’atelier qu’il occupait est resté intact. Sa table de travail est encore garnie d’objets personnels, comme s’il allait débarquer dans ces lieux dont la vue embrasse le port Hercule. C’est cette atmosphère qui a été conservée pour ouvrir le lieu, à mi-chemin entre la maison d’artiste et le musée.

« C’est un lieu complémentaire à la fondation auquel nous tenons », explique Stéphanie Angelroth qui dirige la Fondation Folon en Belgique - établissement dépositaire de l’œuvre et de la mémoire de l’artiste - et qui a œuvré il y a trois ans pour l’ouverture de l’atelier monégasque, où se mêlent objets personnels et sculptures, significatives de son travail dans la dernière partie de sa vie.

Multiples facettes

« Nous avons, depuis, tissé des liens à Monaco, notamment avec le Pavillon Bosio. L’objectif est vraiment de faire de cet atelier un lieu culturel en Principauté », continue la directrice. Qui a choisi de l’ouvrir désormais tous les après-midi, sans rendez-vous préalable pour le public de 14 heures à 18 heures. On peut aussi y prendre des cours pour s’initier à l’aquarelle, tous les premiers jeudis du mois. Un plaisir pour les amateurs de travailler dans ce lieu de création, à la table de Jean-Michel Folon ou presque, guidés par Patrick Jacquemotte qui a bien connu l’artiste.

« L’idée que nous voulons aussi faire passer aux visiteurs est de montrer que Folon était un visionnaire, un artiste à multiples facettes tout en conservant l’aspect pédagogique et social, deux valeurs qui lui étaient chères. »

Il n’était pas revenu depuis 2002. Au cours de son déplacement en Belgique la semaine dernière, le prince a fait une halte à la Fondation Folon pour visiter ce lieu imaginé par l’artiste avec qui il avait tissé des liens d’amitié.

Dès l’entrée, la fondation située dans le parc verdoyant d’un château sur la commune de La Hulpe, plonge le visiteur dans l’univers onirique de Jean-Michel Folon.

L’artiste lui-même avait présidé à tous les détails de la conception de ce musée, aujourd’hui considéré comme une œuvre à part entière. Renfermant toutes les strates de son travail, du dessin à la sculpture en passant par la photographie.

En 2020, la fondation fêtera le vingtième anniversaire de sa création. Plusieurs projets sont en préparation pour cette date anniversaire. Et les équipes détentrices des droits des œuvres de l’artiste, mort en 2005 à Monaco, entendent bien montrer l’étendue et la variété des œuvres créées par Folon. Et pourquoi pas un jour une exposition d’envergure en Principauté, qui est sa dernière demeure ? L’idée pourrait faire son chemin…

A Monaco, l’atelier présente beaucoup de sculptures réalisées par l’artiste dans la dernière partie de sa vie.
A Monaco, l’atelier présente beaucoup de sculptures réalisées par l’artiste dans la dernière partie de sa vie. archives Monaco-Matin
La table de l’artiste, au cœur de l’atelier, a été conservée comme il aimait qu’elle soit.
La table de l’artiste, au cœur de l’atelier, a été conservée comme il aimait qu’elle soit. archives Monaco-Matin
Le prince Albert II a été guidé dans les salles par la directrice des lieux, Stéphanie Angelroth.
Le prince Albert II a été guidé dans les salles par la directrice des lieux, Stéphanie Angelroth. Gaetan Luci/Palais princier

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.