“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Infirmière et autodidacte, la Varoise Leni Whitford peint les soignants pour leur rendre un saisissant hommage

Mis à jour le 08/01/2021 à 13:16 Publié le 08/01/2021 à 13:15
"J’avais besoin de rendre hommage aux soignants. De montrer leurs visages, leurs regards..." 

"J’avais besoin de rendre hommage aux soignants. De montrer leurs visages, leurs regards..."  Photo R.C. et DR

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Infirmière et autodidacte, la Varoise Leni Whitford peint les soignants pour leur rendre un saisissant hommage

Infirmière de profession, la Seynoise a quitté le Var pour suivre son époux, ancien joueur du RCT, à Montpellier. C’est là qu’elle est revenue à ses premières amours: la peinture. Avec un hommage aux anges gardiens.

Leni Whitford est tombée dans la marmite à couleurs toute petite. Au plus loin qu’elle se rappelle, elle ne se voit jamais sans un crayon. Un pinceau entre les doigts. Des arcs-en-ciel dispersés sur sa peau...

La Seynoise a pourtant mis du temps, beaucoup de temps, avant de déplier le chevalet. Avant d’oser éclabousser la toile de ses sentiments cachés...

"Je n’avais aucune confiance en moi", confie-t-elle sans détour. Si bien que le bel oiseau s’en est allé faire son nid sur un autre arbre. Au cœur d’un tout autre décor. D’un tout autre univers, ô combien d’actualité.

Tu seras infirmière, ma fille. Soit. C’est inscrit dans les lignes de ta main. Tu soigneras les plaies. Des corps. Des intimités déguisées. Tu effaceras les maux au quotidien...

Sauf qu’à bien regarder la paume, on y distingue un sillon. Long. Creusé. En direction de la lune. Le premier pas sera donc celui d’une rencontre. Amoureuse. Avec un Anglais débarqué sur la rade. À la blondeur de l’étoile polaire...

Des peintures à l'huile réalisées à partir de photos
Des peintures à l'huile réalisées à partir de photos Photo R.C. et DR

"Il n’y avait que le sport et le médical autour de moi"

Un coup de foudre pour Tom. Soldat du RCT. Général en chef d’une famille vite agrandie. Leni se marie. Croque, parfois, à la chandelle, des bouts de présent. Mais entre famille et profession de foi, le temps lui manque. Le dessin, ancré en son for intérieur, prend le large. S’éloigne...

Le vent le ramènera sur la berge au hasard d’une proposition de carrière. Faite à son époux, engagé, il y a deux saisons, dans le staff du club de rugby de Montpellier.

"Quitter ma zone de confort n’a pas été simple pour moi. Dans l’appart, c’était tristounet. Alors, j’ai peint. Pour le plaisir..."  L’autodidacte est revenue à ses premières amours.

Dénichant un atelier pour parfaire sa technique. Tisser des liens. Éclore à la lumière. Tamisée depuis le déracinement.

"Il n’y avait que le sport et le médical autour de moi. Or, je me sentais artiste même si je n’avais aucune culture artistique..." 

Des portraits qui reflètent la réalité et pourraient être exposés à l'hôpital Sainte-Musse
Des portraits qui reflètent la réalité et pourraient être exposés à l'hôpital Sainte-Musse Photo R.C. et DR

"Ces portraits étaient une évidence avec tout ce qu’il se passait"

En terre inconnue, Leni a peu à peu bâti son Amérique. À l’instinct.

Réveillant l’eau qui dormait en elle depuis si longtemps. Et, tout naturellement, elle a pris le parti d’une série sur les soignants. Au feu. Aux prises avec la Covid galopante.
Ces soignants, bastion dont, à jamais, elle défendra les murs. En blouse ou en tablier taché. Qu’importe l’habit!

"Ces portraits étaient une évidence avec tout ce qu’il se passait. J’avais besoin de leur rendre hommage. De montrer leurs visages, leurs regards..." 

Des proches ont ainsi joué le jeu. Ont tombé le masque. Ont fourni des photos. "Ce n’est pas un reportage. Juste mon ressenti personnel. Réaliste." 

Le miroir, truffé de détails, d’anonymes considérés aujourd’hui comme les héros de la nation. Une révérence saisissante pour qui prend le temps de se plonger au plus profond de ses créations.

Leni Whitforf rêve de pouvoir exposer ses toiles à la villa Tamaris à La Seyne ou au fort Napoléon à Toulon.
Leni Whitforf rêve de pouvoir exposer ses toiles à la villa Tamaris à La Seyne ou au fort Napoléon à Toulon. Photo R.C. et DR

"J’ai forcément très envie de les exposer. Même si j’ai quand même peur de les montrer. En fait, pas grand monde ne sait ce que je fais..." 

Ses huiles et aquarelles pourraient pourtant bien, prochainement, se mettre à nu à l’hôpital Sainte-Musse.

"Ça leur plaît. On verra." Elles y auraient toute leur place. Comme un symbole. Une ode aux anges gardiens. Un merci poignant. Aux mots éteints. Mais aux couleurs révélatrices de tant d’émotions écrasées sous des montagnes de dévouement...

"J’espère que mon travail portera ses fruits. Sera vu. Pour eux. Pour moi. Chez nous. Dans le Var..." 

Leni rêve, à voix basse, d’une installation à la villa Tamaris à La Seyne ou au fort Napoléon à Toulon. D’un site à la hauteur de ces soignants. Et, n’hésitons pas à le dire, de ses œuvres.

"Il faudra bien que je me jette à l’eau. J’ai commencé par un compte Instagram." La première pierre de sa renaissance. De sa nouvelle trajectoire. "Même si je resterai toujours une infirmière!" 

Une infirmière capable de soigner avec des potions et également les couleurs de son âme...

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.