“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Fondation Albert II : il peint pour sauver les animaux

Mis à jour le 10/06/2016 à 05:05 Publié le 10/06/2016 à 05:05
Vingt toiles de Thierry Bisch seront exposées à l'Opéra Gallery à partir du  29 juin, puis au Sporting d'été.

Vingt toiles de Thierry Bisch seront exposées à l'Opéra Gallery à partir du 29 juin, puis au Sporting d'été. Alberto Colman

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Fondation Albert II : il peint pour sauver les animaux

L'artiste Thierry Bisch offre ses droits d'auteur pour une campagne de communication et l'opéra Gallery redonne une partie de la recette des tableaux vendus. Objectif ? « Etre utile »

Delete ? Un mot comme une expression sans voie ni âme qu'on voit souvent apparaître sur les écrans de nos ordinateurs. Un mot que Thierry Bisch a choisi pour une vaste campagne de communication lancée le 27 juin pour les dix ans de la Fondation Prince Albert II de Monaco. Un mot qui prend bien plus de sens que seulement « effacer » en anglais, lorsqu'il est apposé sur une affiche de quatre mètres par trois représentant un animal sauvage en voie d'extinction.

Disparition massive d'espèces en 50 ans

« Sait-on que 40 % des espèces animales ont disparu en un demi-siècle ? », lance le peintre originaire de Strasbourg, aujourd'hui installé dans le Sud-Ouest de la France. Pour la Fondation Prince Albert II de Monaco avec laquelle il est partenaire depuis l'année dernière, il a travaillé six mois pour créer vingt toiles de grand format actuellement exposées à travers la ville. Un ours polaire au Grimaldi Forum, un phoque moine de Méditerranée au Yacht-Club, une panthère noire de Java à l'Hôtel L'Hermitage, un banteng à la mairie de Monaco, un panda à la Barclays Bank... Les animaux sauvages ont envahi Monaco. En marge de la création, l'artiste réalise un véritable travail scientifique pour connaître l'évolution des populations sur les 30 dernières années.

«Après quinze années passées comme portraitiste d'enfants, j'ai décidé de peindre des animaux. Je travaille à partir de bases de données d'images dont je tire des croquis. Mais je voyage beaucoup en Afrique ou dans le Grand Nord canadien pour réaliser mes propres photos. Mais pas comme un peintre animalier. Ce sont plutôt des portraits très anthropomorphiques. »

Le message est clair : Thierry Birsch veut sensibiliser tout un chacun au désastre de l'extinction des espèces animales. « L'artiste est une interface entre le grand public et les décideurs. J'essaie de faire ce que je peux pour que les choses avancent. » Depuis quinze ans qu'il peint des animaux, il constate des dégâts massifs mais considère aussi que « quelque chose s'est mis en route dans les consciences. »

Un gala avec le prince le 30 juin

Les vingt toiles de Thierry Bisch seront rassemblées à l'Opera Gallery le 29 juin pour un vernissage puis décoreront le Sporting d'été le lendemain pour la soirée des dix ans de la fondation Prince Albert II de Monaco. Un gala au cours duquel se produira la chanteuse Véronique Dicaire.

L'anniversaire de la fondation sera également marqué par l'émission, le 30 juin, de deux blocs timbres représentant le tigre et l'ours polaire. Cela avant le lancement d'une e-boutique, à la rentrée, avec « que des produits éco-responsables ».

Voilà un anniversaire qui s'apprête à marquer son action avec détermination et enthousiasme.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.