Rubriques




Se connecter à

Du Mamac de Nice au Centre Pompidou, les femmes dans l'art mises en lumière

À Nice, le Mamac a imaginé de nombreux contenus autour de sa dernière expo, "She-Bam Pow Pop Wizz ! Les Amazones du pop". Et le Centre Pompidou propose le MOOC "Elles font l’art".

Jimmy Boursicot Publié le 25/01/2021 à 12:57, mis à jour le 25/01/2021 à 13:02
Vues de l’exposition « She-Bam Pow POP Wizz ! Les Amazones du POP » – Musée d’Art Moderne et d’Art contemporain (MAMAC) de Nice - © Ville de Nice / MAMAC / ADAGP Photo Cécilia Conan

Reportée une première fois, l’exposition She-Bam Pow Pop Wizz ! Les Amazones du pop n’a pas été vernie. Lancée le 3 octobre, elle a vite dû fermer ses portes à cause du reconfinement.

Hélène Guenin avoue " une immense tristesse " à l’idée de ne pas pouvoir la présenter en ce moment au public. Pour autant, la directrice du Musée d’art moderne et d’art contemporain (Mamac) de Nice n’a pas baissé les bras.

Elle et son équipe multiplient les initiatives afin d’offrir une expérience numérique aux visiteurs habituels, ainsi qu’aux curieux venus d’ailleurs. 

 

Centrée sur l’histoire d’une génération de femmes originaires d’Europe de l’Ouest ou d’Amérique du Nord, moins mises en avant que les stars du genre comme Warhol ou Lichtenstein, l’expo entend mettre en lumière l’apport de ces dernières à l’histoire du pop art.

Une thématique peu traitée sous cet angle, qui reste très attractive, même à travers un écran.

Hélène Guenin, directrice du Mamac. Photo Karolina Kodlubaj.

Visites guidées, œuvres à la loupe, podcasts, posts Instagram...

" Le premier confinement nous avait déjà placés dans une certaine dynamique, avec l’envie de proposer plus de contenus en ligne. Pour mettre en place une meilleure navigation, notre site Internet a fait peau neuve ", détaille Hélène Guenin.

Forcément sur ses gardes en cette période marquée par l’incertitude permanente, le Mamac avait pris soin de réaliser de nombreuses vidéos avant l’annonce du reconfinement.

 

Dans celle produite par la Ville de Nice (dont dépend le musée), longue de douze minutes, on a déjà un bel aperçu de ce que réservent Les Amazones du pop. Sur la chaîne YouTube de l’établissement, on peut également découvrir une série de vidéos intitulée Raconte-moi une œuvre.

" On essaye d’aller plus en profondeur, tout en faisant en sorte de rester dans quelque chose de synthétique et vivant, dans un format de trois à cinq minutes ", poursuit Hélène Guenin.

Un contenu assez important, ainsi que des tutoriels en vidéo, sont aussi destinés aux enfants et ados. Ceux qui en pincent pour les podcasts sont également servis.

Avec Les Arts. Monie, on peut ainsi partir à la rencontre, de manière conceptuelle et musicale, de Niki de Saint Phalle. 

Une des figures majeures des Amazones du pop et du Nouveau Réalisme, dont le Mamac possède l’une des plus importantes collections au monde.

 

Autre curiosité sonore, penchant vers l’univers de la fiction, Tableau à grande vitesse. " Un monde extraordinaire où les mouvements artistiques sont des continents, les artistes des nations et leurs œuvres des paysages ", promet Malo Malo, son créateur.

Sur le compte Instagram du musée, qui affiche 4 400 abonnés, il a été décidé de mettre en avant des visages. On y croise des icônes du pop comme Jane Fonda, Marilyn Monroe ou Brigitte Bardot.

Mais aussi des artistes dont les œuvres ont été réunies à Nice, de Martine Canneel à Giosetta Fioroni, en passant par Ruth Francken ou Dorothy Iannone.

Chaque portrait étant accompagné d’une biographie et d’une citation, ou bien d’un aperçu de leur travail.

" Rééquilibrer le regard "

En pleine ère post #MeToo, le propos des Amazones du pop semble sonner juste et porter loin.

" Même si nous n’avons pas pu la montrer longtemps, l’exposition avait suscité une forte attente, puis un réel enthousiasme. Il y a une évolution des regards sur la place de la femme dans la société. Et elle est arrivée dans ce contexte ", estime Hélène Guenin, également co-commissaire de l’événement, avec Géraldine Gourbe.

 

" Il ne s’agit pas de réécrire l’histoire de l’art, mais de rééquilibrer le regard. Comme pour l’Histoire, on pourrait ne regarder qu’à travers les mêmes grands chemins. Pourtant, on aperçoit certains chemins buissonniers, inexplorés, mais pas marginaux. Tout au long du XXe siècle, et même bien avant, les femmes ont été des actrices et des autrices. La société a peut-être été moins prête à leur faire une place égale à celle des hommes. Il y a aussi une logique de marché, qui fait qu’on retient une trentaine de noms considérés comme majeurs, très présents et très valorisés, au détriment d’autres ", conclut la directrice du Mamac.

Un cours en ligne à suivre avec Beaubourg

Dès ce lundi 25 janvier 2021, le Centre Pompidou propose son nouveau MOOC (un cours en ligne gratuit) baptisé Elles font l’art.

Par le biais de vidéos, de quiz et d’activités, Beaubourg " affirme avec force son engagement auprès des femmes, et en faveur de l’égalité entre les genres ".

Le MOOC imaginé par le musée parisien, découpé en cinq volets et accessible à tous jusqu’au 25 juin, se focalise sur la trace laissée par les femmes artistes (plasticiennes, peintres, photographes, vidéastes ou performeuses de toutes nationalités).

De manière chronologique, c’est donc une autre histoire de l’art moderne et contemporain qui sera abordée.

Sans pression ni obligation, chaque participation pourra vérifier ses nouvelles connaissances en répondant à un quiz noté. Tous ceux qui en viendront à bout avec une note minimale de 14/20 se verront délivrer une attestation de réussite, après la clôture du MOOC.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.