“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Des oeuvres très aériennes

Mis à jour le 13/07/2018 à 05:06 Publié le 13/07/2018 à 05:06
Il aura fallu un quart d'heure à l'hélicoptère pour tout déposer.

Il aura fallu un quart d'heure à l'hélicoptère pour tout déposer. A.R.

Des oeuvres très aériennes

Un hélitreuillage était organisé hier à la villa Eileen Gray, à Roquebrune, pour y déposer six sculptures monumentales de l'artiste Eilis O'connell. Elles resteront là jusqu'à fin septembre

En entendant un hélicoptère très proche du sentier du littoral, hier matin, aux abords de la gare de Cabbé, on aurait pu croire à un accident. Mais que tout le monde soit rassuré, aucune œuvre n'a été maltraitée lors de la manœuvre. Et les six sculptures (monumentales) de l'artiste irlandaise Eilis O'Connell sont arrivées à bon port : dans les (petits) jardins de la (petite) villa Eileen Gray. Sous forme de grosses caisses en bois juchées sur des palettes, dans un premier temps.

Le voyage depuis Cork ? Il a été financé par Culture Ireland, un organisme qui promeut l'art irlandais à travers le monde.

Sculptures à vendre

À chacune des rotations de l'hélicoptère, la sculptrice se réfugie dans les escaliers d'accès au site pour immortaliser l'instant. Et se protéger du vent imputable aux pales de l'engin - qui vient justement de déposer une œuvre intitulée « Air ». Du côté des équipes de Cap Moderne, on ne s'émeut pas particulièrement de cette opération XXL. « Ce n'est pas rare pour nous, souligne Géraldine. Il y a beaucoup d'hélitreuillages en hiver dans le cadre des travaux de restauration du site ». Le sentier ne permettant clairement pas d'acheminer quoi que ce soit par les voies terrestres.

L'opération a pourtant tout d'une mission impossible tant l'hélicoptère s'exécute à la vitesse d'un faucon pèlerin. En un quart d'heure tout est bouclé. Pile à temps pour que les visites de la villa puissent démarrer, à 10 heures. Un petit nettoyage préalable pour éjecter la poussière, ainsi que les feuilles malmenées, et le tour est joué.

Ne reste plus, ensuite, qu'à sortir les œuvres de leur carapace en bois pour qu'elles puissent retrouver l'air libre - et les yeux des visiteurs. Toutes sont à vendre, mais l'artiste s'est engagée à partager l'éventuel profit avec Cap Moderne. Afin de contribuer à la restauration des lieux.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct