Rubriques




Se connecter à

Des lycées apprentis collectionneurs d’art Un programme actif depuis 2007

Dans le cadre d’un programme avec le Nouveau Musée national de Monaco, des élèves se familiarisent avec ce milieu, pour établir une liste d’œuvres que le musée pourrait acquérir

CEDRIC VERANY Publié le 14/03/2019 à 10:12, mis à jour le 14/03/2019 à 10:12
Masterclass hier matin entre un artiste et des élèves de Terminale.
Masterclass hier matin entre un artiste et des élèves de Terminale. Jean-François Ottonello

Il n’est jamais trop tôt pour affûter son goût à l’art. Fort de ce principe, le Nouveau Musée national de Monaco, outre recevoir les élèves de la Principauté dans ses expositions, a choisi de miser sur la transmission en inventant un programme d’apprentis collectionneurs, une réflexion sur la notion de collection dans le monde de l’art.

« Après une séance sur le marché de l’art, nous invitons les lycéens à visiter les réserves du musée, pour leur expliquer notre stratégie d’achats, nos sélections d’œuvres et la manière dont nous les conservons. Puis nous leur faisons rencontrer des artistes », détaille Benjamin Laugier, responsable des publics au NMNM.

Un collectionneur de cartes postales

 

La finalité ? Forger le goût de ces collectionneurs en herbe, pour qu’ils établissent une sélection d’œuvres susceptibles d’être acquises par le musée.

Avant cela, hier, c’est une étape ludique qui se jouait dans la classe de Terminale option arts plastiques de Jean-Guy Cuomo. Celle, pour les élèves, de faire la connaissance d’un artiste, Oriol Villanova. Ce Barcelonais établi à Bruxelles a une particularité : il collectionne les cartes postales.

« J’ai déménagé à Bruxelles pour son marché aux puces, où j’aime aller rechercher des cartes postales », avoue d’emblée ce conservateur compulsif de cartes postales de tous horizons. Son plaisir ? Aller à la pêche aux cartes postales, dans les brocantes, les puces, les boutiques… « Là où les objets demandent d’être aimés. »

Sa « collectionnite » aiguë est devenue une pratique artistique. Son stock de 70 000 cartes postales, stockées dans des boîtes chez lui, il aime les mettre en scène pour des projets à charge poétique.

 

Vingt ans qu’il a cette passion pour les cartes postales qu’il décrit comme « l’archéologie d’Instagram ». Et son goût pour la trouvaille de nouveaux items ne faiblit pas. Et qu’il résume d’une formule pour les élèves : « La collection, c’est un travail d’amitié avec le temps et le hasard. »

Le programme des apprentis collectionneurs est actif depuis 2017 au NMNM. Depuis la rentrée de septembre, la cuvée 2018-2019 d’élèves intéressés des classes de Terminale des lycées Albert-Ier et FANB avance sur leur projet.

En avril, ils participeront au salon Art Monte-Carlo pour mettre à profit les connaissances acquises et aiguiser leur œil pour proposer une sélection d’œuvres à un jury. Ce dernier aura ensuite la possibilité, via un budget de 10 000 euros établi par le NMNM et le sponsor du projet, Sogeda, de faire des acquisitions pour enrichir les collections du musée national.

Les éditions précédentes ont permis de faire entrer dans la collection du NMNM des œuvres d’Andreas Angelidakis, Carsten Höller, Pierre Joseph et Xavier Theunis.

Il faut dire que la philosophie de la collection s’inscrit dans l’ADN du musée depuis sa renaissance, qui entend mettre en avant des collections d’artistes. Un principe éprouvé au cours de nombreuses expositions ces dernières années, à la Villa Sauber, comme celle des « Hidden Mothers » de Linda Fregni. Mais aussi la compilation d’images de Saâdane Afif, comme une obsession pour une œuvre de Marcel Duchamp.

Le Barcelonais Oriol Villanova accompagne le projet artistisque cette année.
Le Barcelonais Oriol Villanova accompagne le projet artistisque cette année.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.