“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ce tableau estimé entre 3 et 4 millions d'euros d'un célèbre peintre bientôt aux enchères

Mis à jour le 12/12/2016 à 19:42 Publié le 12/12/2016 à 19:42
Deux lions à l'affût dans la jungle, une huile sur toile signée du Douanier Rousseau.

Deux lions à l'affût dans la jungle, une huile sur toile signée du Douanier Rousseau. DR

Ce tableau estimé entre 3 et 4 millions d'euros d'un célèbre peintre bientôt aux enchères

Un tableau rare du Douanier Rousseau sera mis en vente à Monaco mercredi 14 décembre.

Elle est restée dans l'ombre pendant de longues années. Une œuvre méconnue de Henri-Julien-Félix Rousseau dit le Douanier Rousseau (1844-1910) s'apprête à faire son entrée sur le marché des enchères.

"Enroulée pendant 30 ou 40 ans"

Intitulée Deux lions à l'affût dans la jungle, elle sera la star de la vente organisée par l'Hôtel des Ventes de Monte-Carlo le 14 décembre prochain. La toile, estimée entre trois et quatre millions d'euros, provient d'une collection privée. "Elle se trouvait à Paris et est restée enroulée pendant trente ou quarante ans avant d'être retendue sur un châssis en 2007", confie Franck Baille, expert en art et co-fondateur de HVMC.

En excellent état, cette huile sur toile signée n'a subi aucune restauration depuis sa création et demeure dans son état d'origine. On y distingue deux fauves tapis dans une jungle verdoyante et semblant prêts à bondir.

"La lionne est plus timide que le lion qui cependant témoigne une certaine méfiance. Peut-être est-ce celle du peintre lui-même qui, d'après plusieurs témoins, se trouvait à ce point effrayé par ses propres créatures sauvages qu'il lui fallait quitter son chevalet, ouvrir la fenêtre de son atelier pour s'assurer qu'il était bien dans Paris. Mais, habitant tout près de la gare de Montparnasse, les sifflements des locomotives le replongeaient dans sa frayeur toute imaginaire", souligne Yann Le Pichon, légataire universel du Douanier Rousseau, dans un texte rédigé en 2007.

Elle date de 1909-1910

Pour cet historien de l'art, nul doute que l'œuvre date des toutes dernières années de la vie du peintre, vers 1909 ou 1910, quand "son imagination créatrice se débrida au point d'accéder à un surréalisme, poétique et onirique, avant la lettre et l'engouement".

Comme le précise Yann Le Pichon, c'est sur le tard que Le Douanier Rousseau connut la renommée. En 1905 précisément, "lorsqu'il exposa son extraordinaire Lion ayant faim au Salon d'Automne, où s'afficha le fauvisme dont l'appellation fut empruntée précisément à ses fauves - bien que sa peinture n'eût rien à voir avec l'éclatement des couleurs dont firent preuve notamment Derain, Manguin, Matisse ou Cézanne ".

Au catalogue de la vente du 14 décembre, dédiée aux tableaux et sculptures modernes et contemporains ainsi qu'aux photographies, se joignent d'autres grands noms de l'art : Renoir, Signac, Dubuffet, Duffy, Henri Lebasque, Augusto Giacometti, cousin de Diego et Alberto...

On y retrouve aussi une céramique de Picasso, un bronze rare de Pompon datant de 1927, des œuvres des artistes de l'Ecole de Nice, Arman, César, ou encore, ce cadre en bois et ce paravent en verre du maître verrier et décorateur Max Ingrand, figure emblématique de l'Art Déco. Les collectionneurs apprécieront.


La suite du direct