Rubriques




Se connecter à

Cap-d’Ail : la bourse aux timbres a fêté ses 20 ans

Hier, la Bourse de Cap-d’Ail philatélique, numismatique, cartophile et placomusophile de Cap-d’Ail fêtait ses 20 ans.

O.-V.M. Publié le 04/03/2019 à 10:35, mis à jour le 04/03/2019 à 10:35
Depuis vingt ans, les passionnés de timbres, monnaies et autres cartes postales ont rendez-vous à Cap-d’Ail.
Depuis vingt ans, les passionnés de timbres, monnaies et autres cartes postales ont rendez-vous à Cap-d’Ail. O.-V. M.

Hier, la Bourse de Cap-d’Ail philatélique, numismatique, cartophile et placomusophile de Cap-d’Ail fêtait ses 20 ans. Un rendez-vous pour collectionneurs presque comme les autres, qui se distinguait par l’édition d’un livret retraçant l’histoire de Cap-d’Ail à travers la carte postale. Un travail commencé par l’association des cartophiles de Monaco (qui fête cette année ses 40 ans) et Corinne Cottino, aidée par la mairie qui lui a ouvert ses archives, de même qu’Hélène Bonafous du Musée de la villa Camélia et quelques collectionneurs locaux, tel Raymond Pedretti.

Comme chaque année, l’affluence a été bonne autour des vingt et un stands, où l’on retrouvait beaucoup de visages déjà présents il y a deux décennies pour la première édition. « Nous avons une forte demande mais nous essayons de faire rentrer chaque année de nouveaux exposants », explique Magali, responsable de l’organisation de l’événement à la mairie de Cap-d’Ail. Et lors de cette édition, on a pu voir des timbres, des cartes postales anciennes, des monnaies venues de tous pays, des plaques de bouchons de champagne et beaucoup d’autres objets de collection.

 

Le maire Xavier Beck est également venu rencontrer les collectionneurs et, comme chaque année, sa visite s’est terminée par un apéritif au soleil.

Rendez-vous en 2020 pour la 21e édition de la Bourse philatélique, numismatique, cartophile et placomusophile de Cap-d’Ail.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.