"Rien de nouveau, sinon de la frustration": le boulanger niçois Frédéric Roy déçu de sa visite à Bercy, après une manif réussie

Il a créé le collectif pour la survie des boulangeries et de l’artisanat, avec ses confrères Pascal Wozniack, Daniel Coirier et Philippe Seramy. Le Niçois Frédéric Roy a défilé à l’avant du cortège des artisans boulangers qui a réuni plusieurs milliers de personnes, ce lundi après-midi à Paris, avant d’être reçu à Bercy avec une délégation. Leur combat contre la flambée des coûts de l’énergie n’est pas fini.

Article réservé aux abonnés
Propos recueillis par Christophe CIRONE Publié le 23/01/2023 à 20:00, mis à jour le 23/01/2023 à 20:18
Le boulanger niçois Frédéric Roy, à l'avant du cortège parti de la place de la Nation à Paris qui a réuni plusieurs milliers de participants. DR

Qu’est-il ressorti de votre rendez-vous à Bercy?

Nous n’avons pas été reçus par Bruno Le Maire mais par un conseiller de la ministre Olivia Grégoire. Il nous a dit d’utiliser au maximum les aides en place, de leur faire remonter les difficultés sur des cas particuliers... On ne nous a rien apporté de nouveau, sinon de la frustration! Je me suis un peu fâché. Nous allons organiser de nouvelles actions au niveau départemental.

Le gouvernement n’a pas fait de gestes assez forts?

Ils ont plafonné les hausses à 280 euros le MWh, lissé sur l’année. Ça permettra de mettre à l’abri les factures complètement folles. Mais pas de protéger les autres. À l’heure qu’il est, ma facture de 1000€ passe à 4000 euros. Avec toutes ces aides, je vais redescendre à 3000. Ce n’est pas possible à répercuter sur les prix de vente, sachant qu’on a déjà augmenté les tarifs en décembre pour répercuter la hausse des matières premières. Voilà pourquoi nous demandons toujours le bouclier tarifaire avec une hausse plafonnée à 15%.

Êtes-vous satisfait de la mobilisation?

On ne savait pas du tout à quoi s’attendre, car les artisans ne manifestent jamais. Nous avons compté 5000 manifestants, 2500 selon la police. Je suis satisfait du monde et de la prise de conscience. Outre les boulangers, on a des bouchers, des restaurateurs, des pressings... Des métiers qui, comme nous, sont en tarif jaune et se font "allumer" sur les prix de l’électricité.

Ces soutiens font chaud au cœur?

Ça rassure. On se dit qu’on n’est pas seul à avoir soulevé ce problème. La majorité des artisans venait de province. Pour nous, c’est énorme! Je suis fier de ce qu’on a fait.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.