“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

VIDEO. "De plus en plus de lapins sont abandonnés", le cri d’alarme des associations sur la Côte d'Azur

Mis à jour le 29/01/2021 à 18:15 Publié le 29/01/2021 à 18:00
Les associations de défense animale constatent l’afflux massif de lapins abandonnés.

Les associations de défense animale constatent l’afflux massif de lapins abandonnés. FRANTZ BOUTON / Nice Matin

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

VIDEO. "De plus en plus de lapins sont abandonnés", le cri d’alarme des associations sur la Côte d'Azur

Les défenseurs de la cause animale alertent sur la hausse d’abandons exponentielle de ces rongeurs. Les conséquences ? Des territoires urbains où ils pullulent sans sécurité et stérilisation, comme ici à Antibes dans le secteur Saint-Maymes/Lauvert.

Deux grandes oreilles à l’ombre. Planqué à côté d’une voiture garée, l’animal prend ses aises. Il faut dire que cela fait au moins une bonne année que son espèce a fait de ce quartier d’Antibes le sien. Puisque dans cette zone Saint-Maymes/Lauvert, les lapins gagnent du terrain.

Des adorables rongeurs en liberté ? Si l’image peut prêter à sourire, elle atterre les défenseurs de la cause animale. "On a du mal à faire passer notre message, ne serait-ce que pour intervenir dans les jardins des particuliers. C’est très compliqué", lance Laura, membre d’UPA 06 (Urgence pour un animal), aux côtés de ses deux consœurs.

Cet après-midi-là, le trio se remonte les manches pour une opération sauvetage entre les propriétés. La raison ? Le regard scrutant les abords, les bénévoles expliquent : "Ce ne sont pas des animaux sauvages. Il a simplement suffi d’un mâle et d’une femelle domestique lâchés dans la nature par ici par des propriétaires qui ne voulaient plus d’eux pour que l’on se retrouve dans une telle situation plusieurs mois plus tard." Un contexte peu propice au bien-être de ces êtres sensibles : "Ils n’ont rien à faire dans les rues, ils ne sont pas sauvages !"

En clair : ce mode de (sur) vie, ne leur laisse que peu de chance. Dans les jardins, des petites boules de poils grignotent çà et là le gazon, s’abritent sous le canapé d’une terrasse. De l’autre côté du grillage, Laura soupire : "Il y a des bébés. J’en ai trouvé un la semaine dernière, juste ici contre le muret. Attaqué par un chat."

La nature à l’œuvre ? Un argument qui ne passe pas pour les défenseurs de la cause animale : "Ils n’ont pas les capacités de pouvoir résister à la prédation." Qu’elle soit animale, voire humaine : "Certaines personnes nous disent clairement utiliser de la mort-aux-rats pour les faire disparaître. Ils en ont ras le bol de voir leur potager ravagé, alors ils utilisent l’empoisonnement."

Une atmosphère peu propice au bien-être. Et à la préservation de la biodiversité : "Un lapin avale du poison, meurt. Un rapace vient récupérer son cadavre et succombe lui aussi… Vous voyez les dégâts que cela peut causer ?" Et pourtant, ce discours peine à être entendu : "Certes, les gens trouvent les lapins très mignons. Mais ils n’ont rien à faire ici."

Alors, petit à petit, avec patience et détermination, les équipes œuvrent à récupérer les lagomorphes. "Il faut parvenir à les attraper en les encerclant et les capturant dans les filets", souligne, épuisette en main, le trio. Une manœuvre technique demandant rapidité mais aussi douceur, puisqu’il ne faut pas qu’ils succombent d’un arrêt cardiaque. Un travail qui s’avère payant. Puisqu’après avoir fait cavaler les bénévoles, un lapin sera récupéré chez une habitante. Et ce, non sans peine. Puisqu’il a dû être débusqué dans le tronc d’un… olivier ! Le nom de baptême de cette femelle est ainsi tout trouvé : Olivia rejoint la famille des lapins dénichés. Prise en charge par une association, elle aura droit à des soins. Docile et sociable, elle est vouée à trouver un doux foyer.

Un processus long, chronophage, qui fédère les militants. Avec, une mesure clé de voûte : la stérilisation. Oui, comme pour les chats dits errants. Mais à cette heure, les associations s’avèrent bien seules à s’inquiéter : "Les municipalités n’ont aucune obligation de s’occuper de cette problématique liée aux lapins. Pourtant, si rien n’est fait, nous allons nous retrouver avec des îlots de congénères qui vont pulluler." La sonnette d’alarme est tirée. Qui sera apte à l’écouter ?

Pour attraper les lapins, une solution demandant patience et dextérité est prônée : l’épuisette.
Pour attraper les lapins, une solution demandant patience et dextérité est prônée : l’épuisette. FRANTZ BOUTON / Nice Matin
"Non, ces animaux ne doivent pas vivre en cage"

Un petit nez qui remue. Puis un autre, et un autre… Chez Marcella Auvare, les NAC – nouveaux animaux de compagnie – sont à la fête.

Présidente fondatrice de l’association antiboise Hello médiation animale, elle s’attache à prendre soin des petits protégés qu’elle recueille. Qu’ils soient laissés sur le pas de sa porte ou bien sauvés de situations innommables…

"La hausse d’abandons de lapins est telle que les associations qui auparavant ne s’occupaient que des chiens et chats s’y mettent", constate la bénévole qui ne peut que regretter l’achat compulsif de certaines personnes : "Quand elles se rendent compte que l’animal, si mignon soit-il, demande des soins vétérinaires, une nourriture conséquente et de l’hygiène, la donne change. Et c’est ainsi qu’on les retrouve soit chez nous, soit laissés dans la rue ou encore lâchés sur des terrains."

Une situation qui prend de plus en plus d’ampleur comme le souligne Marine d’UPA 06 : "Pour faire face aux îlots comme celui d’Antibes ou encore celui de Nice sur la 202, nous avons fait un appel aux dons pour acheter une trappe collective." Un outil bien utile pour permettre à ces rongeurs d’être pris en charge avant de rejoindre une famille. Et ce, dans un cadre idéal, n’en déplaisent aux croyances qui ont la dent dure. "Non, un lapin ne vit pas en cage", répètent les membres de la cause animale. "Un lapin est heureux dans un jardin, dans un enclos. Avec de la vraie herbe sous les pattes."

Mais comment faire pour endiguer cette problématique ? "Il faudrait que tous les animaux soient stérilisés avant d’être adoptés", souligne la bénévole d’Urgence pour un animal. Mais pour ce faire, des moyens s’avèrent nécessaires : "Une stérilisation revient à 50 euros pour un mâle, près de 145 euros pour une femelle." Une somme qui pèse dans l’adoption comme le souligne Marcella Auvare en couvant du regard les quatre rongeurs immaculés : "Comment voulez-vous demander une telle somme à une famille ? Nous devons y mettre de notre poche. D’autant plus quand vous trouvez des lapins donnés sur Le Bon Coin."

En clair : les associations demandent aux pouvoirs publics d’agir. Mais comment faire pour éviter que les abandons gagnent encore du terrain ? Faudrait-il un renforcement législatif ? "Les lois existent", appuie Marine en regrettant : "Le problème demeure dans leur application. Vous savez, malgré des dossiers fournis dans les cas de maltraitance nos affaires finissent souvent sans suite. Malheureusement nous peinons à nous faire entendre…"

Pour éviter un surplus de naufragés, l’identification serait-elle une option ? "Pourquoi pas. Après tout cela permet aussi de dissuader les gens. Cela a été rendu obligatoire pour les furets au même titre que pour les chiens et chats."

Chaque lapin domestique est pris en charge par les différentes associations de terrain.
Chaque lapin domestique est pris en charge par les différentes associations de terrain. FRANTZ BOUTON / Nice Matin
De nombreuses associations proposent l’adoption.

De nombreuses associations proposent des lapins à l’adoption. Mais attention : un animal, quel qu’il soit, engage la responsabilité de celui qui souhaite l’accueillir. Un message évident qui semble ne pas être intelligible pour tous au vu du nombre d’abandons... Si vous souhaitez offrir attention, soin et amour à un animal, rapprochez-vous des acteurs de terrain tels que Pawsitiv’Alie; Hello Mediation Animale; UPA06; La Tribu du Fourmilier; ASA 06; Rien que pour eux.

"Les lapins ne sont pas faits pour vivre en cage mais dans des jardins, des enclos."
"Les lapins ne sont pas faits pour vivre en cage mais dans des jardins, des enclos." FRANTZ BOUTON / Nice Matin

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.