Rubriques




Se connecter à

"Le Refuge de l’espoir pourrait accueillir plus d’animaux..." A Mougins, l'association "Au Service des Animaux" détaille son projet de reprise

Alors que la SPA de Grasse bataille pour conserver son site historique du Refuge de l’espoir à Mougins, ASA06, l’association repreneuse, veut rassurer sur ses intentions et ses moyens.

Gaëlle Arama Publié le 13/10/2021 à 08:00, mis à jour le 13/10/2021 à 06:56
Cécilia Fruleux, fondatrice et dirigeante d’ASA06, lors de "The Walking Dogs" à Villeneuve-Loubet en 2019, explique son projet pour le Refuge de l’espoir de Mougins. Photo Eric Ottino

Depuis le printemps, la question de l’avenir du Refuge de l’espoir confère au feuilleton. Un suspense sur fond de cause animale, de concurrence entre associations et de bisbilles relationnelles. Le coup de théâtre?

En mai, le conseil départemental des Alpes-Maritimes ne renouvelait pas la convention gracieuse d’occupation du site à la SPA de Grasse qui y est installée depuis quarante ans. Confiant en juin ce refuge au cœur de la Valmasque à une autre association de protection animale positionnée depuis fin 2019: ASA06 (Au Service des Animaux).

En juillet, les amis de la SPA de Grasse se mobilisaient: ils lançaient une pétition de soutien (plus de 32.000 signataires à ce jour), 200 amis du Refuge protestaient sur place et recueillaient le soutien officiel d’élus et de personnalités tels que le député Eric Dombreval, l’euro député Caroline Roose. Et même Brigitte Bardot et sa fondation éponyme!

 

Ce jeudi, date décisive? Revirement? Car Bernard Thomas, président de la SPA de Grasse, a rendez-vous dans le bureau de Charles-Ange Ginesy pour plaider la cause de l’association.

De son côté, mi-septembre, Cécilia Fruleux, fondatrice et dirigeante d’ASA06, connue pour être très active contre la maltraitance animale, envoyait un solide dossier de reprise à ses soutiens. Mais aussi à ses détracteurs. C’est en mars prochain qu’elle devrait théoriquement prendre possession des lieux...

Rencontre.

Quel est votre état d’esprit vis-à-vis de la SPA de Grasse?

Leur combat mené aujourd’hui aurait dû être mené avant. Le Refuge de l’espoir pourrait accueillir plus d’animaux...

Nous, chez ASA06, on ne s’endort pas sur nos lauriers. Chaque fois que de l’argent rentre, on le réinjecte dans de nouveaux projets. Ce n’est pas l’acquisition du Refuge de l’espoir qui va nous rendre inactifs. On a notamment le projet d’un refuge pour accueillir équins, caprins, ovins et rongeurs.

 

Craignez-vous un revirement du conseil départemental à votre désavantage?

Non, pas d’inquiétude. Pour beaucoup, la pétition était surtout contre la fermeture du refuge. Je pense que tout le monde sera ravi du changement à terme.

Quels sont vos projets pour ce refuge?

Nous proposons une structure respectueuse et innovante en valorisant le travail fourni précédemment sur le site. L’objectif est d’amplifier notre capacité d’accueil et de soin, d’ouvrir le refuge 7 jours sur 7, d’accroître le nombre d’adoptions…

Si le Conseil départemental est d’accord, on a prévu un petit accueil des NAC et une salle d’accueil pédagogique. On a pensé aussi aux chiens qui n’ont pas de chauffage. On aimerait fermer les boxes pour créer un coin nuitée. On a évalué ces investissements à 18.000 e.

Quelles seront vos ressources financières?

Nous sommes fourrière pour 17 communes. On fait beaucoup de collectes. On a beaucoup de dons. Depuis que l’on a repris le refuge de chats à Grasse en janvier 2021, quatre personnes ont rédigé leur testament au profit d’ASA06. J’espère reprendre aussi les contrats de la SPA de Grasse avec Pégomas, Le Rouret et Biot par exemple. Il y a aussi les subventions de l’État et du Département. Soit un total de 267.000 e de moyens financiers par an.

 

Une reprise avec quels moyens humains?

Aujourd’hui, ASA06 compte six employés.

On cherche un septième. Quand on reprendra le refuge, on embauchera trois nouveaux salariés, en optant pour des contrats de réinsertion.

Reprendrez-vous les animaux?

Nous le souhaitions, mais la SPA de Grasse ne veut pas les céder. Pour les animaux et surtout les chats, un déménagement risque d’être perturbant.

Vos atouts?

On est très dynamiques. Notre travail éthique en tant que fourrière a fait qu’on nous a fait confiance.

 

ASA06, née en 2013, est aujourd’hui implantée au Cannet, à Grasse et à Vence. Depuis sa création, 5199 animaux ont été transportés. 2039 chats errants stérilisés, soignés et suivis. 1483 amenés au refuge de l’espoir. 71 animaux maltraités saisis. 18 communes liées par contrat.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.