“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Élevages pour la fourrure, delphinariums, cirques... One Voice toujours au front contre la captivité des animaux sauvages

Mis à jour le 11/01/2021 à 11:29 Publié le 11/01/2021 à 12:00
En 2019, manifestation devant un cirque faisant une halte dans le Var.

En 2019, manifestation devant un cirque faisant une halte dans le Var. Photo S.L.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Élevages pour la fourrure, delphinariums, cirques... One Voice toujours au front contre la captivité des animaux sauvages

Les interdictions des animaux sauvages dans les cirques et delphinariums ainsi que les élevages de visons ont créé la polémique. Elles ont été bien accueillies par de nombreux défenseurs des animaux. Ces derniers fondent désormais leurs espoirs dans une proposition de loi portée, fin janvier, par le député azuréen Loïc Dombreval.

Muriel Arnal a fondé l’association One Voice en 1995. Vingt-cinq ans à tenter de dénoncer d’une seule voix. Élevages pour la fourrure, delphinariums, cirques… "Investigations, campagnes et procès", résume-t-elle en constatant que, si la cause progresse au niveau international, la France est en retard. "Si l’on prend les dossiers un par un, on voit à quel point notre pays traîne les pieds. Heureusement, il y a des avancées inéluctables car les consommateurs ont une influence."

"Aucune valeur pédagogique"

"Du côté des cirques, que va-t-il se passer pour les animaux détenus illégalement? Pour les fauves qui vont continuer à se reproduire en alimentant le trafic? Et quand? On ne peut pas attendre. Des éléphantes de plus de cinquante ans, capturées petites, sont toujours sur les routes."

"Des éléphantes de plus de cinquante ans, capturées petites, sont toujours sur les routes", déplore la fondatrice de One Voice.
"Des éléphantes de plus de cinquante ans, capturées petites, sont toujours sur les routes", déplore la fondatrice de One Voice. Photo DR

Muriel Arnal souligne que des études sur la vie émotionnelle des animaux, "menées notamment par des professeurs de Cambridge et non pas par des militants de notre cause", ont conclu que "la vie de ces animaux ne valait pas la peine d’être vécue".

Parce qu’ils vivent dans des camions et sont enchaînés, "cela n’a aucune valeur pédagogique", assure-t-elle. "Au contraire, les psychologues insistent aujourd’hui sur l’impact que cela peut avoir sur l’empathie des enfants. Ce sont des faits avérés, simplement, il faut que le courage politique conduise à prendre ces décisions que tous les autres en Europe, ou presque, ont déjà prises. Même si ce problème de manque de courage, face au lobbying, n’est pas le fait de ce gouvernement, mais également celui de tous ceux qui l’ont précédé." 

"L’opinion avec nous"

Elle insiste: "Sur tous les pays de l’Union européenne, vingt-deux ont interdit les animaux dans les chapiteaux." Pour quelques milliers d’euros, des bébés tigres et lionceaux seraient vendus sous le manteau. "On en retrouve dans des caves, enfermés: tout-petits, ils sont gérables, mais très vite, ils deviennent évidemment très dangereux." 

One Voice souhaite l’interdiction pure et simple de la chasse. Mais, par pragmatisme, s’en tient pour le moment à des demandes très concrètes. Elle se félicite de ce que le combat sur la chasse à la glu ait porté ses fruits. Mais affirme que l’on tire sur "des oiseaux menacés, comme les vanneaux". Et s’insurge contre une autre technique, la "tenderie" (NDLR: chasse où l’on tend des pièges aux oiseaux; terrain où l’on tend ces pièges. ), qui a toujours cours dans le Sud.

"On fait des référés devant le Conseil d’État, ce qui a notamment permis de stopper provisoirement la chasse aux tourterelles des bois. C’est ahurissant de se dire que l’on autorise la chasse d’oiseaux que nos enfants ne verront pas." 

De même dénonce-t-elle "les enfants que l’on forme dans les écoles de tauromachie", ou encore ceux à qui l’on montre la chasse à courre: "On en a vu qui regardaient des biches se faire dévorer vivantes. Les adultes ne s’en souciaient pas. La violence dans laquelle ces gens baignent est quelque chose qui interpelle. Grâce aux réseaux sociaux, aux smartphones, les images circulent et l’opinion n’en veut plus, elle est avec nous." 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.