Bruxelles peine à être visible

Au terme de l'exposé, l'heure est aux questions du public.

Au terme de l'exposé, l'heure est aux questions du public. C'est un professeur qui prend le premier la parole. « Au-delà des crises que vous évoquez, n'y en a-t-il pas une plus profonde : une crise d'identité ? Les jeunes ne se sentent pas européens… » Isabelle Magne fait le test. Demande qui, dans la salle, se sent européen. Quelques mains timides se lèvent. Moins de la moitié. « Alors...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter