“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ces passionnés ont remis à flot des navires à l'abandon

Zéro déchet en cuisine, opération de police d'envergure, tribune contre les viol...

L'attaquant italien Pellegri a joué 45 minutes face à Hyères.

Monaco II toujours sans succès Cannes : vite fait, bien fait

Trott'N'Roll : une journée orangée contre le cancer

La plupart des participants sont des habitués, mais surtout, des passionnés.

Des clichés dans les profondeurs marines

VIDÉO. Regardez en accéléré le chantier qui métamorphose le cœur de Monte-Carlo

Mis à jour le 22/09/2017 à 16:28 Publié le 22/09/2017 à 16:28
Travaux Monaco One et l'hôtel de Paris.

Travaux Monaco One et l'hôtel de Paris. Photo Cyril Dodergny

VIDÉO. Regardez en accéléré le chantier qui métamorphose le cœur de Monte-Carlo

Entre le futur hôpital et l’extension en mer, il est au top 3 des chantiers les plus vastes en Principauté: celui de la refonte de l’Hôtel de Paris et la construction du groupe d’immeubles One Monte-Carlo.

Un chantier qui mobilise à la Société des Bains de Mer 80 personnes pour l’ingénierie, jusqu’à 700 ouvriers au plus fort côté Hôtel de Paris et 350 pour One Monte-Carlo. Une armée nécessaire pour développer 60.000m² côté ancien Sporting d'hiver et 55.000m² pour le palace.

Pour le premier, le béton est encore légion. Pour le second, le phasage des travaux fait qu’une partie de l’hôtel rénové est déjà en activité. L’aile Rotonde a ouvert avant l'été. En parallèle, à l’autre bout du bâtiment, les ailes Beaux Arts et Casino sont, elles, entrées depuis juin dans le chantier. À la différence de l’aile Rotonde, détruite et rebâtie à l’identique, le choix a été fait de conserver ces deux ailes, bâtiments historiques de la reconstruction de l’hôtel en 1909.

Autre défi d’envergure pour les prochains mois: ajouter un niveau supplémentaire à l’aile Casino du bâtiment, donnant sur la place. L’étage logera une suite unique de 600 mètres carrés avec piscine, à l’abri des regards des piétons, car en partie dissimulée par les dômes de la façade. "Pour ce projet, il a fallu revoir également la portée des piliers initiaux du bâtiment, capables de supporter ce nouveau poids", explique Daniel Lambrecht, directeur immobilier de la SBM.

A quelques mètres, à la place de l'ancien Sporting, ex-bâtiment Art Déco se développe un site contemporain. Sept immeubles qui composeront un quartier ultra-moderne pensé par les architectes Richard Rogers et Alexandre Giraldi, baptisé One Monte-Carlo.

Un chantier qui était mal parti. Les aléas des déménagements des boutiques du Carré d’or ont retardé de six mois, en 2014, la destruction du bâtiment. Qui n’était pas la plus délicate étape. "Le plus périlleux dans ce projet est que nous avons creusé jusqu’à 35 mètres. Plusieurs sondages en amont du terrain avaient été réalisés. Notre principale crainte était de tomber sur une gypse caverneuse qu’il aurait fallu combler", commente Daniel Lambrecht, directeur immobilier à la SBM, qui précise que sur ce coup, "sainte Devote a été avec nous".

Dans les 35 mètres creusés, outre des étages de parkings, seront abrités un plateau technique, la boulangerie et la pâtisserie centralisée, des bureaux. Et une grande salle de conférences. Identique à la Salle des Arts du feu Sporting d’hiver. Les décors en stuc de la salle rococo ont été moulés pour une reconstruction à l’identique dans ce bâtiment moderne.

À l’air libre, One Monte-Carlo accueillera une série de boutiques au pied des sept immeubles. Le plus haut comptera quinze niveaux, le plus bas seulement neuf. Les autres, de onze niveaux d’appartements, seront alignés à la perspective de l’Hôtel de Paris.

Aujourd’hui, au rythme du chantier, les ouvriers montent un étage toutes les trois semaines. "On devrait achever le gros œuvre, début mars", espère Daniel Lambrecht. Il reste ensuite moins d'un an pour boucler la boucle. Et Daniel Lambrecht y croit. "Sans gros problème majeur, à quinze mois de l’échéance, nous sommes dans la ligne pour livrer ce nouveau Monte-Carlo, comme prévu, en fin d’année 2018."


La suite du direct