“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'homme aux 28 millions de livres vendus

La plus célèbre des «Mamies» mentonnaises, Eliane Vassalo.	(DR)

Élection de Super Mamie : appel à candidatures

Yvette Ferrier, indissociable du refuge de Fontanalbe et impatiente de retrouver ses équipiers et les randonneurs.

Vers la voie sacrée, le refuge de Fontanalbe inauguré

Les éditions de la Sarriette lancent les journaux-mémoires

Les tout-petits profitent de la crèche à Cap-d'Ail. Ici avec le maire et Pascale Spagli, élue déléguée à la petite enfance et une partie du personnel.

Cap-d'Ail : douce reprise de la crèche

Une paire de copains pour viser le podium

Mis à jour le 30/11/2017 à 05:17 Publié le 30/11/2017 à 05:17
Maro Engel et Edoardo Mortara, c'est une histoire de gosses, qui commence sur les pistes de karting,  et qui se poursuit sur des monoplaces électriques.

Maro Engel et Edoardo Mortara, c'est une histoire de gosses, qui commence sur les pistes de karting, et qui se poursuit sur des monoplaces électriques. Michael Alesi

Une paire de copains pour viser le podium

Recruté l'an dernier par le constructeur monégasque de véhicules électriques Venturi, Maro Engel est rejoint cette année par Edoardo Mortara. Une amitié de 20 ans qui se poursuit à Monaco

Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils sont brillants : Venturi mise sur ces deux talents du sport automobile pour gagner des points et « pourquoi pas, « goûter à nouveau aux podiums ». Eux, ce sont Maro Engel et Edoardo Mortara.

Maro court déjà sous les couleurs du constructeur monégasque depuis un an. Ce Suisse-allemand de 32 ans, marié et résident monégasque, vit ça un peu comme un rêve : « J'ai grandi à Monaco et courir pour le seul constructeur monégasque c'est un grand honneur. Je les connais depuis que je suis petit. Je passais devant le Gildo Pastor Center et j'admirais les belles voitures, le magnifique camion, les ateliers qui sont en bas. Et j'ai connu Gildo quand j'avais cinq ans. Défendre les couleurs de Venturi, c'est une fierté. C'était presque inespéré. Ici c'est mon foyer ! » Ce dernier mot sort d'abord en allemand. Une vraie surprise tant son français parfait fait oublier ses racines germaniques.

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct