“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

VIDEO. La Fondation Flavien organise son 5e Monaco Trott'N'Roll en faveur de la ...

Dès le mois de décembre, seuls les guichets de ces gares de la Côte d'Azur reste...

Contrôles, filtrage maritime, restrictions de circulation : tout ce qu'il faut s...

Pour le Monaco Yacht Show, les plus somptueux navires mouilleront sur le port He...

Un 5e Airbus et 8 lignes de plus pour EasyJet

Une charte pour rendre les nuits plus belles à Monaco

Mis à jour le 13/08/2018 à 08:23 Publié le 13/08/2018 à 10:16
Toute demande de mise en lumière est soumise à étude afin de définir l’intérêt du projet pour l’image nocturne de la Principauté.

Toute demande de mise en lumière est soumise à étude afin de définir l’intérêt du projet pour l’image nocturne de la Principauté. Photo C.D.

Une charte pour rendre les nuits plus belles à Monaco

Le gouvernement a élaboré une Charte de mise en lumière qui présente les prescriptions générales relatives à la luminescence, aux consommations énergétiques maximales ou encore aux horaires de mise en fonctionnement.

Le saviez-vous? Monaco la nuit, ce sont environ 7.500 points lumineux. Autant de sources de lumière qui rendent paysage urbain de Monaco. La mise en lumière du pays est donc un enjeu d’importance.

"À partir de ce constat, le gouvernement, en s’appuyant sur l’expertise d’un bureau d’études spécialisé, a engagé une réflexion sur la maîtrise des mises en lumière publiques et privées en Principauté", déclare Marie-Pierre Gramaglia, conseiller-ministre de l’Équipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme.

Quatre enjeux majeurs ont guidé l’élaboration d’une charte de mise en lumière des bâtiments de la Principauté: la volonté de limiter la consommation énergétique, la préservation de la faune et de la flore, la protection du ciel nocturne et la création d’une silhouette nocturne harmonieuse.

Les enjeux

Marie-Pierre Gramaglia précise: "Cette étude a pris en compte des critères objectifs tels que le besoin de visibilité de certains édifices, la nécessaire mise en valeur architecturale de bâtiments classiques ou contemporains, l’impact des éclairages, entre autres sur la qualité de vie des habitants, les incidences sur les consommations énergétiques."

Le diagnostic établit deux grandes catégories de bâtiments pouvant faire l’objet d’une mise en lumière: les bâtiments et les ensembles bâtis remarquables appartenant au grand paysage urbain; les bâtiments situés dans des zones nocturnes actives.

La Charte de mise en lumière est mise à disposition du public et consultable à la Direction de la Prospective, de l’Urbanisme et de la Mobilité (23 avenue Albert II).

L’outil présente les prescriptions générales relatives à la luminance, aux couleurs, aux faisceaux lumineux, aux consommations énergétiques maximales, aux horaires de mise en fonctionnement ainsi que des prescriptions supplémentaires liées aux catégories des bâtiments.

En dehors des deux grandes catégories de bâtiments mentionnées, toute demande de mise en lumière est soumise à étude afin de définir l’intérêt du projet pour l’image nocturne de la Principauté.

à partir de 1 €


La suite du direct