“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

VIDÉO. Charles Leclerc débarque à Monaco en Ferrari 488 Pista... C'est le plus p...

Tant que me contentieux n'est pas réglé, tout aménagement immobilier est impossible.

Contentieux avec Isola 2000 : nouvelle charge de Riccobono

Le jardin suscite la curiosité des enfants.

Beaulieu : Hélène et le jardin de curiosités

Le nombre de tomes de la procédure démontre l'activité déployée par les enquêteurs.

Un mélange d'amateurisme et de cupidité

Un vent nouveau souffle au Conseil national

Mis à jour le 05/05/2016 à 05:09 Publié le 05/05/2016 à 05:09
Jean-Charles Allavena, Jean-Michel Cucchi et Thierry Poyet, hier en conférence de presse au Conseil national.

Jean-Charles Allavena, Jean-Michel Cucchi et Thierry Poyet, hier en conférence de presse au Conseil national. J.D.

Un vent nouveau souffle au Conseil national

Une semaine après que Christophe Steiner a succédé à Laurent Nouvion à la tête de la Haute assemblée, les élus veulent balayer les polémiques pour « se remettre au travail »

Jean-Michel Cucchi, Thierry Poyet et Jean-Charles Allavena affichent sourires et décontraction, hier lors d'une conférence de presse organisée au Conseil national.

« Bien sûr, il y a un vent nouveau qui souffle sur le Conseil national depuis l'élection de Christophe Steiner », note Thierry Poyet.

Jean-Michel Cucchi insiste : « La méthode va changer. La réalité, c'est que ça fait des années pour certains, plusieurs mois pour d'autres, que l'on essaie de changer les choses de l'intérieur par tous les moyens. Et plus on essayait, plus ça s'est raidi avec Laurent Nouvion. »

À J+7, les trois élus, trois « frondeurs » comme on les a appelés jusqu'à mercredi 27 avril dernier, disent voir « la différence ». « Nous ressentons déjà le changement de méthode. En tout cas, nous y sommes prêts....

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct