“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

VIDÉO. Charles Leclerc débarque à Monaco en Ferrari 488 Pista... C'est le plus p...

Tant que me contentieux n'est pas réglé, tout aménagement immobilier est impossible.

Contentieux avec Isola 2000 : nouvelle charge de Riccobono

Le jardin suscite la curiosité des enfants.

Beaulieu : Hélène et le jardin de curiosités

Le nombre de tomes de la procédure démontre l'activité déployée par les enquêteurs.

Un mélange d'amateurisme et de cupidité

Terre "fertile" de Monaco

Mis à jour le 04/07/2016 à 11:11 Publié le 04/07/2016 à 11:09
AGENCE MONACOINAUGURATION TERRE DE MONACO A LA FONDATION ALBERT II DE L'AGRICULTURE URBAINE EN PRINCIPAUTE - INAUGURER PAR LE PRINCE ALBERT

Terre "fertile" de Monaco

Après deux ans de «combat», Jessica Sbaraglia récolte les premiers fruits de son ambitieux – et salutaire – projet d’agriculture urbaine. Bientôt, Monaco pourrait fourmiller de plantations bios

Entre les personnes qui m’ont dit “non ce n’est pas possible” et “non ce n’est pas rentable”, j’ai dû me battre pour mon idée. Aujourd’hui, nous comptons quinze clients pour un ensemble de plus de 1000 m2 sur la Principauté. Des terrasses, balcons et alentours de bâtiments, dédiés au maraîchage bio.» Dressée sur une botte de paille au pied de la villa Girasole, Jessica Sbaraglia déflore un premier bilan de sa société, Terre de Monaco, au milieu de ses plus fidèles supporters et partenaires.

En inaugurant quelques minutes plus tôt son potager à la Fondation Albert II (lire ci-dessous), le prince vient d’acter la réussite d’un audacieux pari lancé voilà deux ans par cette jeune Suisse. Un défi personnel porteur d’une promesse environnementale pour Monaco et ses communes limitrophes, rayon d’action de la start-up.

Présentée comme «la première société de l’histoire qui a pour but de faire de l’agriculture urbaine» en Principauté, Terre de Monaco pourrait en effet changer le paradigme environnemental et consumériste d’un État...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct