“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La Société monégasque d’assainissement fête ses 80 ans d'existence avec le princ...

Cette association lance un appel à souscription pour financer un livre sur les p...

PHOTOS. Voici les plus beaux palaces flottants récompensés au gala inaugural du ...

La 14e édition de La Nuit du pays mentonnais aura lieu samedi 29 septembre.	(Archives L. B.)

Des anciennes voitures sportives réunies pour une balade touristique

La classe de CP de Fanny Gorgol a reçu la visite du maire, Patrick Césari.

235 dictionnaires offerts aux élèves de CP et CM2

Stefano Pastrovich : Développer l'aviation ici

Mis à jour le 06/08/2017 à 05:02 Publié le 06/08/2017 à 05:01
Quand il ne dessine pas des bateaux de luxe, l'Italien de 44 ans enfile sa combinaison et vole.

Quand il ne dessine pas des bateaux de luxe, l'Italien de 44 ans enfile sa combinaison et vole. Malgarini

Stefano Pastrovich : Développer l'aviation ici

Entrepreneur naval accompli, pilote de planeur puis voltigeur aguerri sous licence monégasque... Enfant, Stefano Pastrovich savait déjà ce qu'il voulait faire dans la vie

Au milieu des plans et des photos de bateaux, deux modèles réduits d'avions trônent sur le bureau de Stefano Pastrovich, situé à Fontvieille. Une passion débutée à ses dix ans, lorsqu'il s'amusait à construire et à faire voler des planeurs télécommandés dans sa montagne natale, près de Gênes. Mais lorsque sa mère l'emmène chez l'ophtalmo à 14 ans, c'est la douche froide : il est myope. Son rêve de devenir pilote de chasse s'envole. « Une déception », concède l'Italien de 44 ans, mais qui n'entame pas sa volonté. Il pilotera, quoiqu'il arrive : « On naît pilote, on ne le devient pas. »

À la sueur du front

Envoyé en école de pilotage à San Francisco par ses...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct