“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Plus grand voilier de croisière, harkis, pneus immergés: voici votre brief info ...

Le chef sushi du Buddha-Bar Monte Carlo sacré vice-champion du monde de la disci...

Le plus grand voilier de croisière au monde aperçu au large de la Côte d'Azur

Le nouveau commandant de gendarmerie Nicolas Tasset a pris ses fonctions à Mento...

Procès Pastor, canicule, L'Or des Pharaons: voici votre brief info de ce vendred...

Splendide Orchestre Philharmonique de Vienne ! Un cheval fleuri de 3 mètres en l'honneur du cirque

Mis à jour le 13/01/2018 à 05:08 Publié le 13/01/2018 à 05:08
Gustavo Dudamel, le chef d'orchestre sorti des quartiers pauvres de Caracas,  au Venezuela, a reçu une salve d'applaudissements à la hauteur de son génie.

Splendide Orchestre Philharmonique de Vienne ! Un cheval fleuri de 3 mètres en l'honneur du cirque

Il s'est produit sous la baguette du chef d'orchestre Gustavo Dudamel, hier soir, dans un Grimaldi Forum archi-comble, faisant triompher la Symphonie Fantastique de BerliozLa Direction de l'Aménagement Urbain de Monaco honore le 250e anniversaire du cirque moderne grâce à une installation végétale, en 3D, dans la roseraie Princesse-Grace

Quoi, nous avions hier soir, devant nous, « en vrai », en chair et en os, l'Orchestre Philharmonique de Vienne - l'orchestre que chaque année nous entendons à la télévision pour le Concert du Nouvel An ?

Cela tenait du rêve. Il était là, oui, dans toute sa splendeur, dans la Salle des Princes du Grimaldi Fo um.

La salle était archi-comble. Depuis des mois, des listes d'attente avaient été constituées, tant la demande avait été forte.

Dès son entrée, l'orchestre a été puissamment applaudi. On accueillit comme un souverain ce mythique Philharmonique. Il s'installa à sa façon curieuse, les seconds violons à droite, les contrebasses à gauche.

Puis, comme un bonheur ne vient jamais seul, on a vu arriver en scène celui qu'on peut considérer comme le chef d'orchestre star de notre époque, Gustavo Dudamel - ce génie qui n'est pas sorti d'une lampe comme...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct