“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Les Grands Appartements du Palais princier ont attiré les foules aux Jou...

Les gagnants du concours de la photographie sous-marine sont...

"Il y a encore plein de mystères": Gildo Pastor, le fils d'Hélène, raconte avoir...

Le tram arrive à l'aéroport, pour une phase de tests

Le lancer de haches, ça vous tente ?

Splendide Orchestre Philharmonique de Vienne ! Un cheval fleuri de 3 mètres en l'honneur du cirque

Mis à jour le 13/01/2018 à 05:08 Publié le 13/01/2018 à 05:08
Gustavo Dudamel, le chef d'orchestre sorti des quartiers pauvres de Caracas,  au Venezuela, a reçu une salve d'applaudissements à la hauteur de son génie.

Splendide Orchestre Philharmonique de Vienne ! Un cheval fleuri de 3 mètres en l'honneur du cirque

Il s'est produit sous la baguette du chef d'orchestre Gustavo Dudamel, hier soir, dans un Grimaldi Forum archi-comble, faisant triompher la Symphonie Fantastique de BerliozLa Direction de l'Aménagement Urbain de Monaco honore le 250e anniversaire du cirque moderne grâce à une installation végétale, en 3D, dans la roseraie Princesse-Grace

Quoi, nous avions hier soir, devant nous, « en vrai », en chair et en os, l'Orchestre Philharmonique de Vienne - l'orchestre que chaque année nous entendons à la télévision pour le Concert du Nouvel An ?

Cela tenait du rêve. Il était là, oui, dans toute sa splendeur, dans la Salle des Princes du Grimaldi Fo um.

La salle était archi-comble. Depuis des mois, des listes d'attente avaient été constituées, tant la demande avait été forte.

Dès son entrée, l'orchestre a été puissamment applaudi. On accueillit comme un souverain ce mythique Philharmonique. Il s'installa à sa façon curieuse, les seconds violons à droite, les contrebasses à gauche.

Puis, comme un bonheur ne vient jamais seul, on a vu arriver en scène celui qu'on peut considérer comme le chef d'orchestre star de notre époque, Gustavo Dudamel - ce génie qui n'est pas sorti d'une lampe comme...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct