“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

7 choses à savoir sur le plus grand yacht à voile du monde qui barbote dans le V...

Gorbio a besoin de vous pour sauver sa chapelle

400kg de déchets remontés par les plongeurs à Monaco

Les élus de la majorité autour de Stéphane Valeri, hier matin au Conseil national.

5 textes, 5 débats dès demain au Conseil national

Pas de candidat au bac en panique hier en gare de Nice.	(Photo C.C.

Grève SNCF : les lycéens à l'heure

Scandale sanitaire des Jardins d'Apolline: les résidents ont reçu un courrier

Mis à jour le 07/03/2018 à 10:59 Publié le 07/03/2018 à 10:59
En novembre dernier, Albert Croesi montrait les dégâts présents dans quelques appartements des Jardins d’Apolline. Nous l’avions suivi dans quatre logements.

En novembre dernier, Albert Croesi montrait les dégâts présents dans quelques appartements des Jardins d’Apolline. Nous l’avions suivi dans quatre logements. Photo archives Michael Alesi

Scandale sanitaire des Jardins d'Apolline: les résidents ont reçu un courrier

Après la lettre ouverte de Me Eric Dupond-Moretti adressée au Ministre d'Etat, Albert Croesi, en charge du dossier Apolline, a écrit aux résidents. Il répond en partie aux attaques.

"En réalité, les seuls dommages constatés sont constitués de moisissures dans un nombre très limité d’appartements"; "Les dommages constatés provenaient essentiellement d’un problème de fuites lié à la corrosion des canalisations, largement traité aujourd’hui"; "L’expert a visité 62 appartements sur les 64 et il n’a constaté des dommages réels que dans 3 appartements". C’est en ces termes que Me Dupond-Moretti, l’avocat de la Satri, filiale du groupe Marzocco, décrit la situation aux Jardins d’Apolline.

Pourtant, dans ses communiqués, la Satri, qui a construit la résidence domaniale aujourd’hui sinistrée, se défend de minimiser la situation des Monégasques: "Notre société a toujours eu à cœur le confort des Monégasques et les conditions d’existence des habitants des Jardins d’Apolline, comme le démontrent concrètement les travaux qu’elle a effectués ces dernières années en partenariat avec l’État pour remédier à des problèmes survenus dans la résidence."

Par ailleurs, l’avocat estime que les travaux de démolition-reconstruction sont "précipités", "aussi dispendieux qu’inutiles".

"Pas question de minimiser"

Mais ce n’est pas ainsi que l’entend le gouvernement. Pour l’instant, Serge Telle, Ministre d’État, s’est contenté d’une réponse succincte mais pimentée, en attendant plus de détails. En revanche, dans une lettre adressée aux résidents, Albert Croesi, chargé de mission auprès du Ministre d’État dans cette affaire, tient à éteindre toute polémique naissante: "Désormais, il ne saurait être question de minimiser les désagréments que chacun de vous a pu subir durant de longs mois et de revenir sur la décision prise par le gouvernement… princier!"

"Aucune entreprise montrée du doigt"

Par ailleurs, Albert Croesi estime que les interrogations sont légitimes et se défend d’avoir attaqué le constructeur: "A ce jour, aucune entreprise n’a été “montrée du doigt” ou tenue responsable de la situation. Preuve en est, c’est une des entreprises attributaire du marché de construction des Jardins d’Apolline et d’Hélios qui procède, en ce moment même, à la demande des services de l’État, à la réfection d’appartements à Hélios où des taux d’humidité anormalement élevés ont été relevés dans les chapes." Ou comment glisser un message de façon délicate…

Résidents: "No comment"

On serait alors fondé à s’interroger sur la façon dont les résidents ont entendu ces propos. Ont-ils eux aussi perçu qu’on minimisait leurs problèmes? "L’association des résidents refuse de commenter les différends qui opposent la Satri au gouvernement, ou de commenter la lettre de Me Dupond-Moretti", répond Franck Lobono, en sa qualité de président de l’association des résidents Les Jardins d’Apolline (1).

Impossible, donc, de savoir si, oui ou non, ils ont été blessés par ces propos, ou de connaître le ressenti des plus de 700 Monégasques contraints de quitter leur logement pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, et qui se retrouvent en plein cœur de ce dossier devenu éminemment politique.


(1) Franck Lobono a, par ailleurs, été récemment élu conseiller national et futur président de la commission logement.

Albert Croesi ne veut pas que la panique s'empare de la résidence les Jardins d'Apolline.
Albert Croesi ne veut pas que la panique s'empare de la résidence les Jardins d'Apolline. Photo Michael Alesi

La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres