“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Les Grands Appartements du Palais princier ont attiré les foules aux Jou...

Les gagnants du concours de la photographie sous-marine sont...

"Il y a encore plein de mystères": Gildo Pastor, le fils d'Hélène, raconte avoir...

Le tram arrive à l'aéroport, pour une phase de tests

Le lancer de haches, ça vous tente ?

São Paulo et la Principauté, une culture commune

Mis à jour le 07/04/2016 à 05:06 Publié le 07/04/2016 à 05:06
Le Yacht-club de São Paulo a accueilli la délégation du Monaco Economique Board à l’occasion d’un dîner de gala. Ici, les patrons des deux yacht-clubs et les consuls de Monaco au Brésil et du Brésil à Monaco.

Le Yacht-club de São Paulo a accueilli la délégation du Monaco Economique Board à l’occasion d’un dîner de gala. Ici, les patrons des deux yacht-clubs et les consuls de Monaco au Brésil et du Brésil à Monaco. Photo A. C.

São Paulo et la Principauté, une culture commune

La délégation du Monaco Economic Board a achevé sa mission économique au Brésil au Yacht-club de São Paulo, jumelé depuis cinq ans à celui de Monaco

L'intérêt pour moi de venir ici ? La relation entre deux yacht-clubs, c'est comme l'amitié. Ça s'entretient. Nos amis de São Paulo sont heureux de nous recevoir ce soir. » Quelques heures avant de pénétrer dans la grande et belle demeure abritant le Yacht-club de São Paulo, Bernard d'Alessandri, le président du Yacht-club de Monaco, résumait ainsi ce que tous les membres de la délégation du Monaco Economic Board ont ressenti durant ces trois jours passés dans la capitale économique du Brésil : les Brésiliens étaient ravis d'accueillir les Monégasques.

Opportunités d'investissement

Les chefs d'entreprise en premier lieu (notre édition d'hier), mais...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct