“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La Société monégasque d’assainissement fête ses 80 ans d'existence avec le princ...

Cette association lance un appel à souscription pour financer un livre sur les p...

PHOTOS. Voici les plus beaux palaces flottants récompensés au gala inaugural du ...

La 14e édition de La Nuit du pays mentonnais aura lieu samedi 29 septembre.	(Archives L. B.)

Des anciennes voitures sportives réunies pour une balade touristique

La classe de CP de Fanny Gorgol a reçu la visite du maire, Patrick Césari.

235 dictionnaires offerts aux élèves de CP et CM2

Réalisés avec une imprimante 3D, Six récifs artificiels en cours d’immersion au Larvotto

Mis à jour le 02/11/2017 à 10:40 Publié le 02/11/2017 à 10:39
Ces équipements doivent faciliter la restauration des écosystèmes.

Ces équipements doivent faciliter la restauration des écosystèmes. Photo Michael Alési

Réalisés avec une imprimante 3D, Six récifs artificiels en cours d’immersion au Larvotto

C’est une première en mer Méditerranée «et au niveau mondial par la taille de ces récifs» confirme la Fondation Prince Albert II qui supporte le projet.

Six récifs artificiels étaient en cours d’immersion, ce jeudi, dans l’aire marine protégée de la baie du Larvotto à Monaco. Six masses, qui pèsent chacune 2.500 kilos et ont été réalisés, via une imprimante 3D à base de produits naturels (sable de Dolomite et cendre volcanique) par la société neerlandaise Boskalis.

Les récifs ont été déposés ce jeudi matin sur le port de Fontvieille et sont en cours d’acheminement vers la baie du Larvotto.

Ces équipements, qui sont semblables à ce qu’on peut trouver dans le milieu marin, doivent faciliter la restauration des écosystèmes, en créant des habitats adaptés pour les poissons.

Les plongeurs de l’Association Monégasque pour la Protection de la Nature, gestionnaire des aires marines protégées de Monaco, doivent démarrer l’installation sous-marine, en milieu de journée.

à partir de 1 €


La suite du direct