“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Dès le mois de décembre, seuls les guichets de ces gares de la Côte d'Azur reste...

Contrôles, filtrage maritime, restrictions de circulation : tout ce qu'il faut s...

Pour le Monaco Yacht Show, les plus somptueux navires mouilleront sur le port He...

Un 5e Airbus et 8 lignes de plus pour EasyJet

PHOTOS. La Mairie de Cannes lance une opération insolite (et elle va vous faire ...

Pourquoi y a-t-il des bouchons en août sur les route de Monaco

Mis à jour le 09/08/2017 à 11:18 Publié le 09/08/2017 à 05:02
Les barrières temporaires permettent d'unir les deux giratoires à l'entrée de Monaco, pour n'en fait qu'un grand.

Les barrières temporaires permettent d'unir les deux giratoires à l'entrée de Monaco, pour n'en fait qu'un grand. Photo L.M.

Pourquoi y a-t-il des bouchons en août sur les route de Monaco

À plusieurs reprises la semaine dernière, de gigantesques bouchons ont perturbé l'entrée des automobilistes dans la Principauté. Le Centre de gestion de la mobilité nous explique pourquoi

Jusqu'à deux heures de route pour un trajet Nice-Monaco, 55 minutes au départ de Cap-d'Ail : la semaine dernière l'entrée de la Principauté a connu des embouteillages dignes des journées les plus denses, mais totalement inhabituels pour un mois d'août.

"Il y a eu la conjonction de plusieurs événements, explique Gilles Cellario, directeur adjoint du Centre intégré de gestion de la mobilité. D'abord le tunnel qui descend à Fontvieille depuis le rond-point du Canton enterré, est bloqué. Il le sera pendant un mois, en raison des travaux de l'îlot Pasteur."

Des travaux qui ont été programmés de longue date, pour impacter le moins possible la circulation. Et pour cela, le mois d'août restait la solution la plus sûre. "Si on avait fait ça un autre mois de l'année, ça aurait été la catastrophe."

Il reste...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct