“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'homme aux 28 millions de livres vendus

La plus célèbre des «Mamies» mentonnaises, Eliane Vassalo.	(DR)

Élection de Super Mamie : appel à candidatures

Yvette Ferrier, indissociable du refuge de Fontanalbe et impatiente de retrouver ses équipiers et les randonneurs.

Vers la voie sacrée, le refuge de Fontanalbe inauguré

Les éditions de la Sarriette lancent les journaux-mémoires

Les tout-petits profitent de la crèche à Cap-d'Ail. Ici avec le maire et Pascale Spagli, élue déléguée à la petite enfance et une partie du personnel.

Cap-d'Ail : douce reprise de la crèche

Pourquoi ce mythique studio photo investit une suite de l'Hôtel de Paris à Monaco

Mis à jour le 21/10/2016 à 10:31 Publié le 21/10/2016 à 10:29
La suite 321 de l’Hôtel de Paris a été transformée en plateau de tournage éphémère.

La suite 321 de l’Hôtel de Paris a été transformée en plateau de tournage éphémère. Photo C.D.

Pourquoi ce mythique studio photo investit une suite de l'Hôtel de Paris à Monaco

Customisée par Maserati et Dom Pérignon cet été, la suite 321 du bâtiment Belle-Epoque reçoit jusqu’à lundi ceux qui souhaitent se faire tirer le portrait par le mythique studio photo

On y pénètre à pas de loup, dans un silence monacal que seul le clic typique d’un appareil argentique entrecoupe.

D’emblée, le charme du lieu subjugue. Une suite habitée, chaleureuse et tamisée. Loin d’être oppressante, la galerie de portraits Harcourt déposée sur les murs dégage une exquise sensation de bien-être. Lovée dans un sofa, entre l’iris perçant de Cate Blanchett et l’œil tendre de Mélanie Laurent, Laurence Aina, en charge du développement international du Studio Harcourt, acquiesce.

«Quand on entre dans un de nos studios, on a l’impression de vivre avec toutes ces stars de cinéma, elles ont un regard bienveillant sur les visiteurs.»

Un sentiment quasi mystique, fruit d’un décorum étudié et répondant à un thème ancestral : le cinéma.

Depuis mercredi, la suite 321 de l’Hôtel de Paris est une capsule temporelle. Une porte vers un monde en noir et blanc fidèle aux codes Harcourt. Au sol, les fils s’entremêlent au pied de perches et autres accessoires indispensables pour retranscrire la fameuse «Lumière Harcourt» dont les faisceaux dansent sur un cube où, jusqu’à lundi, de riches anonymes défileront pour se faire tirer le portrait.

«Nous...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct