“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'économiste Jean-Pierre Petit, invité du MEB.	(DR)

Un nouveau choc Lehman Brothers n'est pas à l'ordre du jour

Fabrice Marquet, directeur de MonacoTech, et Peter Kutemann, président de Monaco Impact, ont acté hier soir leur collaboration à venir dans le domaine de l'entrepreneuriat.

Monaco Impact se lie à MonacoTech

Cauchemar du MBA à l'Annonciade Une édition qui a tenu toutes ses promesses

Bon départ pour l'ASRCM

Certains lieux, comme le musée du timbre, ont crée la surprise en attirant plus de 900 visiteurs.

Le Top 3 des sites les plus visités en Principauté

PHOTOS. Fight Aids a fait son gala à Monaco, comme un ouragan

Mis à jour le 09/07/2017 à 21:28 Publié le 09/07/2017 à 17:15
Quatuor de faiseuses de tubes, autour de la princesse Stéphanie : Lio, Julie Pietri et Sabrina.

PHOTOS. Fight Aids a fait son gala à Monaco, comme un ouragan

Un vent de folie, celui des années 1980, a soufflé hier soir sur le Sporting, à l'occasion du gala de Fight Aids Monaco où les chanteurs de Stars 80 ont montré qu'ils savaient toujours faire la fête.

La scène s'est déroulée samedi soir. Lio, Julie Pietri, Sabrina et la princesse Stéphanie discutent autour d'un verre sur la terrasse du Sporting. A elles seules, les interprètes de Banana Split, Ève lève-toi, Boys boys Boys et Ouragan cumulent des millions de 45 tours vendus, de fantasmes et des tubes entrés au panthéon des désormais mythiques années 80.

Le décor est planté. Pour son gala annuel, l'association Fight Aids Monaco avait choisi la troupe des Stars 80. Plastic Bertrand, Patrick Herdandez, François Feldman, Debut de soirée, Emile et Images, Phil Barney entre autres… Une équipe de faiseurs de tubes, revenus de tout, qui ont pour eux cette bonne humeur communicative qui donne envie de faire la fête.

Des chansons dans le cœur du public

Réputation respectée au moment de la traditionnelle photo autour de la princesse Stéphanie, où la bande a entonné d'une seule voix "Ouragan", que la princesse elle-même a repris en chœur sous l'œil amusé de ses enfants Camille et Louis.

"C'est une bande de copains qui se retrouve", lance la princesse Stéphanie. "À l'époque nous nous croisions toujours sur les plateaux des émissions de télévision, c'est un plaisir de se retrouver. Les chansons des années 80 drainaient une énergie positive. C'est pour ça qu'elles ont touché le cœur des gens et qu'on les connaît encore trente ans plus tard".

Une partie des bénévoles de Fight Aids Monaco, qui avaient respecté le dress code années 80, aux côtés de la princesse et de ses enfants Camille et Louis hier soir à leur arrivée.

Une énergie qui a soufflé aussi sur les 800 personnes qui participaient au gala hier soir. Le ton avait été donné, et le dress code imposait un look années 80. Un principe plus ou moins bien respecté chez les convives. On a vu passer quelques vestes à paillettes, des bandeaux fluo dans les cheveux, une élue au total look Madonna époque Recherche Susan Désespérément, la veste de Tom Cruise dans Top Gun. Mention spéciale à Marc Toesca - lui aussi icône de la télé des années 80 - et sa perruque blonde.

Quand la séance photo se transforme en karaoké... hier soir, tout le monde s'est mis à chanter «Ouragan».
Quand la séance photo se transforme en karaoké... hier soir, tout le monde s'est mis à chanter «Ouragan». Jean-François Ottonello

Derrière le fard, la princesse Stéphanie a souligné que les années 80, sont aussi tristement connues pour être l'époque où apparaissaient le Sida et ses ravages. Une maladie, toujours pas vaincue, pour laquelle le gala se tenait hier soir pour lever des fonds œuvrant au fonctionnement de l'association Fight Aids Monaco, qui accompagne au quotidien des personnes vivants avec le VIH.

L'an dernier, au lendemain de l'attentat de la Promenade des Anglais, le gala avait été annulé par respect pour les victimes de cette attaque. Une manière de souvenir qu'hier soir, encore plus fort, il fallait célébrer la vie.

Phil Barney.
Plastic Bertrand.

La suite du direct