“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

VIDÉO. Charles Leclerc débarque à Monaco en Ferrari 488 Pista... C'est le plus p...

Tant que me contentieux n'est pas réglé, tout aménagement immobilier est impossible.

Contentieux avec Isola 2000 : nouvelle charge de Riccobono

Le jardin suscite la curiosité des enfants.

Beaulieu : Hélène et le jardin de curiosités

Le nombre de tomes de la procédure démontre l'activité déployée par les enquêteurs.

Un mélange d'amateurisme et de cupidité

Isabelle Lombardot, directeur du Pavillon Bosio, entourée de Mme l'Ambassadrice de France à Monaco, du maire et des membres du Conseil communal, de Stéphane Valéri, président du Conseil national, de Patrice Cellario, conseiller de gouvernement-ministre de l'Intérieur, et de Claude Rosticher.

Récompense pour Isabelle Lombardot, directeur du Pavillon Bosio

Philharmonique : Grand messe, hier, en l'Auditorium Rainier III

Mis à jour le 23/10/2017 à 05:29 Publié le 23/10/2017 à 05:29
Deux cents personnes sur scène, sous la direction du jeune chef slovaque Juraj Valcuha, pour interpréter une grande œuvre du XXe siècle du compositeur tchèque Janacek.

Deux cents personnes sur scène, sous la direction du jeune chef slovaque Juraj Valcuha, pour interpréter une grande œuvre du XXe siècle du compositeur tchèque Janacek. Jean-François Ottonello

Philharmonique : Grand messe, hier, en l'Auditorium Rainier III

Deux cents personnes sur scène pour nous faire entendre la première audition en Principauté de la monumentale « Messe glagolitique » de Janacek

Au fond de la scène de l'auditorium Rainier III a pris place la centaine des choristes du Chœur Philharmonique Slovaque, venus tout exprès de leur capitale Bratislava.

Devant eux a été installé un grand orgue électrique, avec ses claviers, son pédalier, son pupitre de registration digne d'un tableau de bord de jet, et sa batterie de haut-parleurs répartis sur les côtés de la scène.

Aux commandes est assis un organiste venu de Birmingham, Thomas Trotter. Au milieu de la scène a pris place, bien sûr, l'imposant...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct