“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Découvrez le nouveau look de l'hôtel Columbus (et c'est chic!)

Des élus de la Côte d'Azur s'inquiètent de la fermeture supposée de certaines ga...

Fermeture d'une classe de CP à Breil-sur-Roya : le combat s'enlise

PHOTOS. L'ultime prise d'armes du colonel Fringant au Palais princier

«Certains n'ont pas intérêt à chercher du travail.  »	(François Vignola)

Côté restaurateurs : Macron a raison

L'ultime tour de Monaco du prince Rainier III, offert en secret par les carabiniers

Mis à jour le 17/09/2018 à 10:16 Publié le 14/09/2018 à 16:15
En compagnie de la famille princière, au cours d’une prise d’armes, un jour de Fête nationale.

En compagnie de la famille princière, au cours d’une prise d’armes, un jour de Fête nationale. Photo Jean-Marie Moll/Archives Palais de Monaco

L'ultime tour de Monaco du prince Rainier III, offert en secret par les carabiniers

Le commandant supérieur de la Force publique quitte ses fonctions après trois décennies au service de la famille princière et avec une valise pleine de souvenirs dans les coulisses du pouvoir. Il nous dévoile un moment particulier et émouvant de l’histoire du pays: la mort du prince Rainier-III.

En 2005, le colonel Fringant est dans les coulisses du pouvoir à un moment particulier de l’histoire du pays. La mort du prince Rainier III et la montée sur le trône du prince Albert II.

À cette époque, Luc Fringant, chef de corps de la compagnie des carabiniers, fait partie du premier cercle autour du souverain malade et diminué.

>>LIRE AUSSI. Après 30 ans passés au service de la Principauté, le colonel Luc Fringant quitte ses fonctions. Il nous raconte ses meilleurs souvenirs

"Je le voyais décliner, souffrir, j’essayais de le rassurer. Les voyages étaient compliqués physiquement pour lui et je l’assistais comme son homme de compagnie. Même si son état de santé laissait anticiper ce que serait l’avenir, sa disparition a été un moment extrêmement difficile", se souvient-il.

À l’aube, le 6 avril 2005, alors que le prince vient de rendre son dernier souffle au Centre cardio-thoracique, les officiers de carabiniers sont chargés de ramener la dépouille du souverain au Palais princier. Un moment tout particulier dont Luc Fringant se souvient avec une émotion à fleur de peau.

>>LIRE AUSSI. Le colonel Luc Fringant a "eu la chance d'établir un rapport de confiance" avec le prince Albert II

"Nous avions aménagé un véhicule banalisé pour transporter son corps dans un linceul jusqu’au Palais. Au moment de sortir du Centre cardio-thoracique, d’emprunter l’avenue d’Ostende à droite pour rejoindre Monaco-ville, j’ai été pris d’une intuition et j’ai dit au chauffeur de prendre à gauche. Nous étions trois dans le véhicule ce jour-là et nous sommes les seuls à le savoir. Alors que le jour se levait, nous avons traversé Monte-Carlo jusqu’aux plages, puis le port, et nous avons regagné le Rocher. À l’intérieur du véhicule, nous pleurions tous les trois en remerciant le prince grâce auquel nous avons pu offrir une belle vie à nos familles", continue Luc Fringant, encore bouleversé. "Nous avons offert au prince, ce matin-là, un dernier tour de sa principauté avant qu’il ne rejoigne le Rocher pour l’éternité."

à partir de 1 €


La suite du direct