“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

On vous présente Nicolas Tasset, le nouveau patron de la compagnie de gendarmeri...

Qui sont les artistes qui font les belles heures du Cirque du Soleil?

Lauréats du concours Lépine, ces Azuréens ont besoin de vous pour financer leur ...

Les proposition du Conseil national pour améliorer la qualité de vie à Monaco

Michel Benizri officie en tenue orange, dont il a plusieurs versions, costume habillé ou vêtement de travail. La couleur est assumée : « Si on me voit bien, on m'entendra mieux ».

Je suis tombé amoureux de ce territoire Le crieur du Verdon fait passer les mess...

Les souvenirs et le combat de Serge Klarsfeld

Mis à jour le 17/05/2018 à 05:06 Publié le 17/05/2018 à 05:06
Invité par Jacques Wolzok, Serge Klarsfeld a raconté ses souvenirs, mardi soir, devant un  auditoire attentif.

Invité par Jacques Wolzok, Serge Klarsfeld a raconté ses souvenirs, mardi soir, devant un auditoire attentif. Jean-François Ottonello

Les souvenirs et le combat de Serge Klarsfeld

L'avocat et historien, figure de la défense de la mémoire des déportés juifs de la Seconde guerre mondiale a retracé son combat, mardi soir, au cours d'une conférence

Il commence sa conférence par une anecdote. C'était en 1943. Réfugié avec sa famille en zone libre à Nice, où son père trouve un poste d'inspecteur des jeux au Palais de la Méditerranée, Serge Klarsfeld passe une journée en Principauté. Pendant que ses parents jouent au Casino, avec sa sœur, il joue dans les jardins voisins.


« Je me souviens que mon père est ensuite venu nous chercher et avec une somme gagnée à une table de jeux, il nous a invités au restaurant, ce qui dans notre situation à l'époque était assez rare. Ce fut notre ultime escapade familiale ».


Quelques jours plus tard, les nazis arrêtent les Juifs dans les rues de Nice. Le 30 septembre 1943, ils sont au pied de l'immeuble des Klarsfeld. Le père cache femme et enfants derrière une fausse cloison qu'il avait construit dans un placard.


« Les officiers allemands sont arrivés, ils ont fouillé tout l'appartement, ouvert...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres