“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Les Grands Appartements du Palais princier ont attiré les foules aux Jou...

Les gagnants du concours de la photographie sous-marine sont...

"Il y a encore plein de mystères": Gildo Pastor, le fils d'Hélène, raconte avoir...

Le tram arrive à l'aéroport, pour une phase de tests

Le lancer de haches, ça vous tente ?

Les Français de Monaco voteront à l'école St-Charles

Mis à jour le 13/04/2017 à 05:13 Publié le 13/04/2017 à 05:13
En 2012, pour le premier tour de l'élection présidentielle, l'affluence à l'ambassade de France avait créé une longue file d'attente et les électeurs s'étaient plaints de devoir attendre de très longues minutes pour accéder aux salles de vote.

En 2012, pour le premier tour de l'élection présidentielle, l'affluence à l'ambassade de France avait créé une longue file d'attente et les électeurs s'étaient plaints de devoir attendre de très longues minutes pour accéder aux salles de vote. archives NM

Les Français de Monaco voteront à l'école St-Charles

Après un couac en 2012, l'ambassade française a sollicité les autorités monégasques pour disposer d'un lieu de vote adéquat pour les 5 727 inscrits sur les listes électorales

La mésaventure d'avril 2012 aura servi de leçon. Ce jour-là, pour le premier tour de l'élection présidentielle, l'ambassade de France avait été dépassée par l'affluence. Les 2 021 électeurs venus accomplir leur devoir de citoyen français s'étaient trouvés agacés de patienter longtemps - voire très longtemps - pour pouvoir accéder aux deux bureaux de vote. Ces derniers devaient fermer à 18 heures, et avaient dû rester ouvert jusqu'à 19 h 30 pour recevoir tous les votants…

Un couac qui ne devrait pas se...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct