“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Découvrez le nouveau look de l'hôtel Columbus (et c'est chic!)

Des élus de la Côte d'Azur s'inquiètent de la fermeture supposée de certaines ga...

Fermeture d'une classe de CP à Breil-sur-Roya : le combat s'enlise

PHOTOS. L'ultime prise d'armes du colonel Fringant au Palais princier

«Certains n'ont pas intérêt à chercher du travail.  »	(François Vignola)

Côté restaurateurs : Macron a raison

Les 53 premiers jours des Explorations de Monaco

Mis à jour le 10/10/2017 à 05:24 Publié le 10/10/2017 à 05:24
Le prince Albert II a distribué des livrets sur la protection des tortues marines aux écoliers de Boa Vista, en présence du maire de cette île du Cabo Verde.

Les 53 premiers jours des Explorations de Monaco

Première mission accomplie. Et avec la manière. De retour sur la terre ferme de Monaco, Pierre Gilles, le directeur de la première mission scientifique en Macaronésie, dresse ici un premier bilan

Épuisé mais heureux. Et très fier, aussi. Pierre Gilles vient tout juste de rentrer à Monaco, après 53 jours passés en Macaronésie, cette région de l'Atlantique qui comprend, avec les Açores et les Canaries, Madère et le Cabo Verde (l'ex-Cap-Vert). C'est dans ces deux derniers archipels que le chef de projet à la direction de la politique des océans de l'Institut océanographique de Monaco, a dirigé la première mission des Explorations de Monaco.

Entre le 15 août et le 15 septembre, lui et ses équipes ont sillonné l'archipel de Madère à bord du Yersin, le navire scientifique de l'armateur François Fiat, dédié pendant trois ans à une vaste campagne d'expéditions scientifiques à travers le globe voulue par le souverain.

Le robot de São Vicente

Pendant un mois, Pierre Gilles et ses équipes ont mené des études et opérations destinées notamment à protéger le phoque moine, une espèce...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct