“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Studios de la Victorine, budget de la Sécu, arrivée de l'automne: voici votre br...

Ces passionnés ont remis à flot des navires à l'abandon

Zéro déchet en cuisine, opération de police d'envergure, tribune contre les viol...

L'attaquant italien Pellegri a joué 45 minutes face à Hyères.

Monaco II toujours sans succès Cannes : vite fait, bien fait

Trott'N'Roll : une journée orangée contre le cancer

Législature catastrophique

Mis à jour le 13/07/2017 à 05:20 Publié le 13/07/2017 à 05:19

Législature catastrophique

L'Union monégasque a tenu un point presse hier au cours duquel ses représentants sont revenus sur leurs succès, mais aussi sur leurs déceptions lors de la dernière session parlementaire

Ils n'y vont pas par quatre chemins. Jean-François Robillon (l'ex-président), Bernard Pasquier et Jean-Louis Grinda, attablés dans la bibliothèque du Conseil national, ont tenu, hier, à faire un débrief des derniers dossiers politiques. Et s'ils n'hésitent pas à saluer quelques-uns de leurs succès, ils ne se voilent pas non plus la face sur leurs ratés. Mais surtout, ils dénoncent une « législature catastrophique » où le gouvernement ne respecte pas leur institution.

Les réussites

Plusieurs projets remportent la satisfaction de l'Union monégasque. Ainsi, même si Jean-François Robillon estime que le texte a été « rabougri et qu'il relève plus de l'affichage », il se dit satisfait de l'adoption de la loi sur le patrimoine. Satisfait aussi du texte sur le droit international privé (pour les résidents étrangers), et de celui sur l'inéligibilité et l'incompatibilité de certaines professions avec l'exercice du mandat, même si Jean-Louis Grinda rappelle que certains conseillers auraient fait part en séance publique de pressions subies pour ne pas le voter.

Garde...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct