“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Dès le mois de décembre, seuls les guichets de ces gares de la Côte d'Azur reste...

Contrôles, filtrage maritime, restrictions de circulation : tout ce qu'il faut s...

Pour le Monaco Yacht Show, les plus somptueux navires mouilleront sur le port He...

Un 5e Airbus et 8 lignes de plus pour EasyJet

PHOTOS. La Mairie de Cannes lance une opération insolite (et elle va vous faire ...

Le Salvator Mundi à peine vendu, Rybolovlev et Bouvier se taquinent

Mis à jour le 18/11/2017 à 05:29 Publié le 18/11/2017 à 05:29
Le Salvator Mundi a permis aux sociétés de la famille Rybolovlev de « combler » une partie des pertes subies sur d'autres tableaux achetés à Yves Bouvier puis revendus. C'est du moins ce qu'affirme le clan Rybolovlev.

Le Salvator Mundi a permis aux sociétés de la famille Rybolovlev de « combler » une partie des pertes subies sur d'autres tableaux achetés à Yves Bouvier puis revendus. C'est du moins ce qu'affirme le clan Rybolovlev. AFP

Le Salvator Mundi à peine vendu, Rybolovlev et Bouvier se taquinent

Dmitri Rybolovlev n'est pas du genre à afficher ses émotions publiquement.

Dmitri Rybolovlev n'est pas du genre à afficher ses émotions publiquement. Mercredi soir, l'oligarque russe était bien à New York d'après ses proches, mais en retrait de la vente. Il n'était pas dans la salle du Rockefeller Center au moment du coup de marteau historique adjugeant son Salvator Mundi pour 450 millions de dollars (382 millions de dollars). Impossible de savoir s'il a exprimé une quelconque émotion.

Sa première réaction officielle, parvenue par le biais de son Family Office aux Etats-Unis, a été de ramener cet événement de l'histoire de l'art...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct