“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le plus grand voilier de croisière au monde aperçu au large de la Côte d'Azur

Le nouveau commandant de gendarmerie Nicolas Tasset a pris ses fonctions à Mento...

Procès Pastor, canicule, L'Or des Pharaons: voici votre brief info de ce vendred...

Comment Monaco entend se positionner sur le marché des séniors

"L'Or des Pharaons" se classe en seconde position des expositions les plus visit...

Le mystère des cinq scinques

Mis à jour le 20/07/2017 à 05:13 Publié le 20/07/2017 à 05:13
Aurélien Mirallès et Raquel Vasconcelos sont chargés d'examiner ces cinq lézards qui portent le nom de scinques géants.

Aurélien Mirallès et Raquel Vasconcelos sont chargés d'examiner ces cinq lézards qui portent le nom de scinques géants. Eric Ottino

Le mystère des cinq scinques

Deux chercheurs ont fait le déplacement de Paris et Porto pour analyser des lézards ramenés il y a plus d'un siècle par le prince Albert Ier. Explications

Voilà cinq bestioles qui dormaient tranquillement dans les bocaux du Musée océanographiques depuis que le prince Albert Ier les a ramenées d'une de ses expéditions. Il les avait capturées sur l'îlot Branco, au large du Cap-Vert, il y a plus d'un siècle.

Longs d'une quarantaine de centimètres, dans les teintes de bruns et de jaunes, probablement décolorés par le bain dans lequel ils trempent, ces cinq scinques géants - c'est leur nom - sont restés tels...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct