“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Studios de la Victorine, budget de la Sécu, arrivée de l'automne: voici votre br...

Ces passionnés ont remis à flot des navires à l'abandon

Zéro déchet en cuisine, opération de police d'envergure, tribune contre les viol...

L'attaquant italien Pellegri a joué 45 minutes face à Hyères.

Monaco II toujours sans succès Cannes : vite fait, bien fait

Trott'N'Roll : une journée orangée contre le cancer

Le couple princier auprès des réfugiés en Italie

Mis à jour le 18/02/2016 à 21:18 Publié le 19/02/2016 à 06:45
Le souverain et la princesse Charlène ont rencontré ce jeudi les équipes qui accueillent sur le site de la gare de Vintimille, une centaine de demandeurs d'asile.

Le souverain et la princesse Charlène ont rencontré ce jeudi les équipes qui accueillent sur le site de la gare de Vintimille, une centaine de demandeurs d'asile. Photo Gaétan Luci/Palais princier

Le couple princier auprès des réfugiés en Italie

Le prince Albert II et la princesse Charlène ont visité ce jeudi le camp de réfugiés de Vintimille, mis en place depuis juin 2015 par la Croix-Rouge italienne.

En qualité de président de la Croix-Rouge monégasque, le prince Albert II était venu salué le travail des bénévoles investis sur ce site depuis plusieurs mois. Le couple princier a ensuite visité les installations du centre.

Depuis huit mois, ce camp a hébergé en continu des personnes en provenance d’Érythrée, d’Afghanistan, d’Irak, du Soudan ou d’Afrique de l’Ouest. Il est accessible aujourd’hui aux possesseurs d’une carte remise par la police italienne à chaque personne ayant fait une demande d’asile et accueille une centaine de personnes.

Les détails à lire ce vendredi dans Monaco-Matin.


La suite du direct