“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La Fondation Flavien organise son 5e Monaco Trott'N'Roll en faveur de la lutte c...

Dès le mois de décembre, seuls les guichets de ces gares de la Côte d'Azur reste...

Contrôles, filtrage maritime, restrictions de circulation : tout ce qu'il faut s...

Pour le Monaco Yacht Show, les plus somptueux navires mouilleront sur le port He...

Un 5e Airbus et 8 lignes de plus pour EasyJet

Le chauffeur du bus roulait-il vraiment trop vite entre Nice et Menton? L'incident continue à faire jaser

Mis à jour le 15/02/2018 à 20:50 Publié le 15/02/2018 à 18:00
"Je ne veux pas pourrir la vie de ce chauffeur, juste tirer la sonnette d'alarme".

"Je ne veux pas pourrir la vie de ce chauffeur, juste tirer la sonnette d'alarme". Photo Jean-François Ottonello

Le chauffeur du bus roulait-il vraiment trop vite entre Nice et Menton? L'incident continue à faire jaser

La touriste persiste et signe: le chauffeur du bus de la ligne 100, entre Beaulieu et Monaco, conduisait trop vite. Le directeur de la société RLM rétorque qu’aucun excès de vitesse n’a été relevé.

Eva ne s’en remet toujours pas. Une semaine après sa mésaventure dans un bus de Ligne d’Azur, cette touriste de 65 ans, qui en a fait des cauchemars pendant deux nuits, est encore bouleversée par la conduite jugée «dangereuse» d’un chauffeur de la ligne 100, entre Beaulieu-sur-Mer et Monaco, jeudi dernier.

>> LIRE AUSSI. Deux touristes accusent un chauffeur de bus de rouler beaucoup trop vite sur la ligne Nice-Menton

Et quand, quelques jours plus tard, elle est tombée sur notre article dans lequel on lit que «la direction de RLM/Transdev a entendu le chauffeur pour donner sa version des faits» et que celle-ci «a été corroborée par un passager qui a témoigné en faveur du conducteur», le sang d’Eva n’a fait qu’un tour.

Elle a souhaité nous raconter avec ses mots ce qui s’était passé dans ce bus, entre 18h45 et 19 h, ce jeudi 8 février.

"J’ai hurlé pour qu’il roule moins...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct