“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Pour le Monaco Yacht Show, les plus somptueux navires mouilleront sur le port He...

Un 5e Airbus et 8 lignes de plus pour EasyJet

Sacrée bande de chanteurs à pétrolettes : la compagnie ON/OFF a fait le show hier dans les services.

Il y a les livreurs de fleurs. Eux, ce sont... les chansons

Jérôme Michon et Antoine Herboux ont conçu une programmation qui commence dès demain au casino.	(DR)

Beaulieu : la Quinte artistique et ses petits

C'est le directeur du Centre méditerranéen, Gilles Capadoro, qui a dirigé la visite de l'amphithéâtre Jean-Cocteau.	(DR)

Journées du patrimoine : Cap-d'Ail réinvente le genre

La vie en rose des Barelier

Mis à jour le 05/09/2018 à 05:04 Publié le 05/09/2018 à 05:04

La vie en rose des Barelier

Réputé à l'international sous l'enseigne « Roni Fleurs », l'horticulteur vient de concrétiser son rêve d'ouvrir une boutique en Principauté. Il voit maintenant les choses en grand pour ses quatre enfants

Un parfum de fraîcheur et une touche de couleurs enrobent le bas de la rue Princesse-Caroline depuis l'ouverture, au cœur de l'été, d'une enseigne « Roni Fleurs ». La première en Principauté et la sixième pour la dynastie Barelier, apôtre de l'art floral dans les Alpes-Maritimes depuis 1887.

Derrière la porte ce matin d'été, Robert Barelier. Un jeune homme de 78 ans au sourire avenant, coiffé d'un grand chapeau bleu et relevé d'une chemisette à fleurs. Autour de lui, des plantes épanouies, nourries du timbre apaisant de Norah Jones et bercées par les contes du volubile fleuriste. « Une composition ne doit pas être monotone. été comme automne, elle doit donner de la vie. Quand vous rentrez dans un appartement et que vous la regardez, vous devez vous sentir bien et protégé. Une maison sans fleurs, c'est une prison sans cœur. »

« J'ai les coudes qui touchent par terre »

Au milieu de quelques spécimens fraîchement transportés de ses ateliers d'Antibes Juan-les-Pins, Robert Barelier évoque les bienfaits de sa terre nourricière....

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct