“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les pompiers en ont assez d'être agressés

Le tram arrive à l'aéroport, pour une phase de tests

Le lancer de haches, ça vous tente ?

À partir d'aujourd'hui, deuxième semaine du procès à la cour d'assises des Bouches-du-Rhône à Aix-en-Provence. Gildo Pallanca-Pastor à son arrivée vendredi au palais de justice. Le chef d'entreprise a de sérieux doutes sur la probité de son beau-frère Wojciech Janowski.

Gildo Pastor: Il y a encore plein de mystères

Les enfants avaient toute l'année pour prendre la plus jolie photographie.	(DR)

Concours de photographie sous-marine : les gagnants sont…

La vague de froid fait aussi frissonner les plantes rares

Mis à jour le 02/03/2018 à 05:03 Publié le 02/03/2018 à 05:03
Au jardin du Val Rahmeh, 4 cm de neige ont recouvert les plantes. Près de 20% d'entre elles risquent d'être partiellement brûlées. Le site n'a pas connu une telle vague de froid depuis trente ans.

Au jardin du Val Rahmeh, 4 cm de neige ont recouvert les plantes. Près de 20% d'entre elles risquent d'être partiellement brûlées. Le site n'a pas connu une telle vague de froid depuis trente ans. Christophe Joulin

La vague de froid fait aussi frissonner les plantes rares

Dans les jardins de Menton, certaines essences subtropicales ont été partiellement brûlées par la neige. Les dégâts ne seront visibles que dans un mois. Les spécialistes restent confiants

Menton, ma ville est un jardin… presque gelé ! Depuis lundi, la vague de froid inédite s'est accompagnée d'épisodes de neige, lesquels ont fragilisé les plantes rares. Et particulièrement les essences subtropicales du jardin du Val Rahmeh. « Nous ne nous attendions pas à avoir 4 cm de neige», confirme Christophe Joulin, responsable du site. Avec - 2 degrés affichés au thermomètre, le jardin n'a pas connu une telle vague de froid depuis près de trente ans. « Du coup, nous n'étions pas préparés et nous avons des craintes pour les mois à venir. Heureusement, nous n'avons pas franchi le seuil de - 5 degrés, lequel aurait été fatal pour certaines essences.»

Près de...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct