“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Découvrez le nouveau look de l'hôtel Columbus (et c'est chic!)

Des élus de la Côte d'Azur s'inquiètent de la fermeture supposée de certaines ga...

Fermeture d'une classe de CP à Breil-sur-Roya : le combat s'enlise

PHOTOS. L'ultime prise d'armes du colonel Fringant au Palais princier

«Certains n'ont pas intérêt à chercher du travail.  »	(François Vignola)

Côté restaurateurs : Macron a raison

La traversée des Alpes pour une famille... et ses ânes !

Mis à jour le 17/10/2016 à 05:04 Publié le 17/10/2016 à 05:04

La traversée des Alpes pour une famille... et ses ânes !

Pendant quatre mois, Philippe et Mélanie Bapst ont traversé avec Elsa, leur fillette de 2 ans, ce massif montagneux de la frontière italo-autrichienne jusqu'à Menton. Récit d'une histoire pas comme les autres...

Au fin fond du parc du Pian, leur tente orange se distingue dans la perspective des oliviers centenaires. Juste à côté, une botte de foin fond comme neige au soleil, dévorée par les « crocs » aiguisés de deux ânes.

« Alors lui, c'est Zorba et l'autre c'est Loukoum. De vrais Rolls-Royce », présente Philippe Bapst, barbe hirsute et tenue de randonnée en guise de pyjama. Sur la table en bois, un petit-déjeuner copieux attend sa femme, Mélanie, et sa fille, Elsa, tout juste deux ans, à la crinière d'un blond immaculé.

Festin bien mérité après plus de quatre mois de traversée des Alpes. Une « balade » de 1 500 kilomètres (1) à travers des paysages montagneux somptueux. Jusqu'à la grande bleue et… Menton.

« Enfin, on voit la mer ! Depuis le temps qu'on lui en...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct