“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Cette association lance un appel à souscription pour financer un livre sur les p...

PHOTOS. Voici les plus beaux palaces flottants récompensés au gala inaugural du ...

La 14e édition de La Nuit du pays mentonnais aura lieu samedi 29 septembre.	(Archives L. B.)

Des anciennes voitures sportives réunies pour une balade touristique

La classe de CP de Fanny Gorgol a reçu la visite du maire, Patrick Césari.

235 dictionnaires offerts aux élèves de CP et CM2

Pourquoi Monaco Telecom s'ouvre à l'international

La police entre terre et mer

Mis à jour le 28/08/2018 à 05:01 Publié le 28/08/2018 à 05:01
Les sorties en mer visent à contrôler les abus, mais aussi à se faire connaître.

Les sorties en mer visent à contrôler les abus, mais aussi à se faire connaître. A.R.

La police entre terre et mer

Depuis quatre ans, les 7 agents du Groupe de sécurité de proximité (GSP) travaillent sur l'eau, en été. Entre les frontières de Monaco et de l'Italie, ils veillent à ce que les règles soient respectées

Les Affaires maritimes la présentent comme l'une des plus actives du département. Sur le (petit) territoire entre les frontières de Monaco et de l'Italie, la brigade maritime mentonnaise de la police nationale serait en effet à l'origine d'un tiers des contrôles effectués en mer azuréenne. Pas de quoi faire rougir pour autant les sept agents du Groupe de sécurité de proximité - le GSP - qui se chargent de cette mission, en été. Conscients qu'il reste encore beaucoup à faire. Satisfaits, malgré tout, que la population commence à s'habituer à leur présence, quatre ans après que la brigade a été mise en place.

« Il y a trop d'abus »

« À l'époque, c'était le Far West sur la mer. Cela faisait une dizaine d'années qu'il n'y avait pas eu de bateaux des autorités sur le secteur, commente l'instigateur, le commandant Jean-Philippe Chiapponi. Les gens en sont contents. Les parents parce qu'il y a moins de danger. Et les professionnels parce qu'avant, certains faisaient du commerce sans autorisation et leur volaient leur...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct