“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Les Grands Appartements du Palais princier ont attiré les foules aux Jou...

Les gagnants du concours de la photographie sous-marine sont...

"Il y a encore plein de mystères": Gildo Pastor, le fils d'Hélène, raconte avoir...

Le tram arrive à l'aéroport, pour une phase de tests

Le lancer de haches, ça vous tente ?

La loi Asile et immigration disputée à Breil-sur-Roya

Mis à jour le 21/02/2018 à 05:06 Publié le 21/02/2018 à 05:06
De nombreux habitants de la Roya - toutes positions confondues - ont participé à la réunion.

La loi Asile et immigration disputée à Breil-sur-Roya

Première réunion publique, lundi, pour la députée Alexandra Valetta-Ardisson depuis qu'elle préside un groupe d'étude sur les conditions d'accueil des migrants. Echanges musclés à la clé

La députée de la 4e circonscription, Alexandra Valetta-Ardisson, priait (la salle) Sainte-Catherine pour que le débat ne s'envenime pas, lundi. Consciente que poser la question de l'accueil des migrants à Breil-sur-Roya, point névralgique, s'apparenterait davantage à un chemin de croix qu'à un salut. À deux jours de la présentation de la loi « Asile et immigration » en conseil des ministres - il se tient aujourd'hui -, qui plus est.

La réunion publique, introduite par le maire de Breil, André Ipert - pour qui il était important de « se dire ce que l'on a à se dire, en espérant que des éléments de discussion se retrouvent au niveau du projet de loi » - aura assurément échauffé les esprits. Résumé des pierres d'achoppement.

Légitimité de la loi

En terme de gestion des flux migratoires, la députée évoque volontiers un constat d'échec. « Les procédures appliquées ne répondent plus aux flux migratoires. C'est pourquoi le Président et le ministre de l'Intérieur ont décidé de partir sur un nouveau texte. » Mais dans la salle, on estime que cette future loi ne présente rien de nouveau. « Chaque président a eu droit à sa loi, proposant une maîtrise de l'immigration, souligne Me Oloumi. Mais à chaque...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct