“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Secteur qui recrute, énorme perte au casino, disparu retrouvé: voici votre brief...

Vous cherchez du travail? Voici un des secteurs qui recrute le plus dans la régi...

Contrôles routiers, OGC Nice contre Montpellier, prolonger les vacances: voici v...

Avec les animaux, les cirques vont dans le mur

Sur scène cet été à Bangkok en Thaïlande, où la troupe s'est produite pour la première fois à l'occasion d'une tournée en Asie.	(DR)

Les Petits chanteurs reprennent du service

L'ombre du putschiste plane sur la fête nationale

Mis à jour le 20/08/2018 à 05:05 Publié le 20/08/2018 à 05:05
Aujourd'hui, Seborga célèbre sa fête patronale, sur fond de conflit de légitimité au trône. En haut, l'élu Marcello 1er. En bas, l'autoproclamé Nicolas 1er. Un maire, 300 habitants et... deux princes.

Aujourd'hui, Seborga célèbre sa fête patronale, sur fond de conflit de légitimité au trône. En haut, l'élu Marcello 1er. En bas, l'autoproclamé Nicolas 1er. Un maire, 300 habitants et... deux princes. N-M, L.M,DR

L'ombre du putschiste plane sur la fête nationale

Aujourd'hui, la principauté italienne célèbre sa fête la plus importante : la San Bernardo. En février 2016, l'institution a été secouée par un coup d'État 2.0 déclenché par Nicolas Mutte. Lequel se fait très discret...

Viendra, viendra pas ? Le bruit court dans les ruelles… Alors que se déroule - aujourd'hui - la fête nationale de la principauté italienne de Seborga, un trouble-fête pourrait faire irruption aux cérémonies officielles. En 2016, le putschiste français Nicolas Mutte a en effet tenté de renverser le pouvoir de Marcello 1er en se revendiquant prince… sur Internet.

Depuis, personne (ou presque) ne l'a vu au village. Mais la rumeur, alimentée par le principal intéressé, voudrait qu'il vienne régler ses comptes lors de la San Bernardo. Seborga qui misait - jusqu'alors - sur le folklore de la couronne pour attirer les touristes, se retrouve plongée dans une saga médiatique à multiples rebondissements. Explications en sept chapitres.

1. Principauté depuis 1963

Du point de vue du droit, Seborga n'est qu'une commune transalpine comme les autres. Avec un maire, comme les autres.

L'histoire de la Principauté remonte à 1963, quand un habitant, Giorgio Carbone, organise un référendum pour contester l'annexion de Seborga par l'Italie. C'est un plébiscite. Giorgio devient le premier souverain. Il s'appuie en fait sur une erreur administrative : lors de l'achat de la principauté (alors ecclésiastique), le duc de Sardaigne avait oublié de payer son dû. En conséquence, le traité n'a jamais été ratifié. Dans la constitution écrite par Giorgio 1er, il est stipulé que les princes sont élus tous les sept ans. Après sa mort en 2009, Marcello Menegatto a été choisi par les Seborgiens pour lui...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct