“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Comment Monaco entend se positionner sur le marché des séniors

"L'Or des Pharaons" se classe en seconde position des expositions les plus visit...

Ce vendredi, un dernier adieu sera adressé au père Gay dans sa paroisse de Cap-d...

A 90 ans, elle attend 3 jours à l'hôpital avec une fracture

L'étude présentée mardi par l'INSEE porte sur la période 2009-2014. 
	(Infographie IGN-Insee 2018)

Provence-Alpes-Côte d'Azur : l'emploi numérique concentré dans les technopoles

L'incroyable retour à la vie de Pierre à la vertèbre éclatée

Mis à jour le 25/11/2017 à 05:24 Publié le 25/11/2017 à 05:24
Entre le Dr Philippe Brunner, qui a réalisé cette intervention ultra délicate, et Pierre Stalteri : une amitié est née entre les deux hommes.

Entre le Dr Philippe Brunner, qui a réalisé cette intervention ultra délicate, et Pierre Stalteri : une amitié est née entre les deux hommes. J.D.

L'incroyable retour à la vie de Pierre à la vertèbre éclatée

Témoignage En toussant, Pierre, atteint d'un myélome, a senti une cervicale éclater. Maintenu par un corset sur-mesure, il a pu être sauvé grâce à une intervention jamais réalisée auparavant

« Dans l'armée, j'ai frôlé tous les dangers, poussé par l'adrénaline. Je dansais avec la mort. J'avais l'impression de tout maîtriser. » Pierre, 51 ans, atteint d'un myélome (une forme de cancer des os), a bien failli être tétraplégique. Aujourd'hui, après l'intervention du Dr Philippe Brunner qui a décidé de cimenter sa deuxième vertèbre cervicale (l'axis) en lui glissant une aiguille par la gorge, Pierre est debout. Debout oui… quand tout le monde le voyait intubé avec juste les paupières encore mobiles comme seule expression de son humanité.

Le 26 septembre, en se mouchant, il a senti sa vertèbre éclater. « J'ai immédiatement compris qu'il ne fallait plus que je bouge. Les pompiers sont arrivés. Ils m'ont d'abord emmené à Cannes. Durant trois jours, je me suis tenu la tête avec les mains. »

C'est enserré dans un corset rigide de la tête jusqu'au...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct