“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Les Grands Appartements du Palais princier ont attiré les foules aux Jou...

Les gagnants du concours de la photographie sous-marine sont...

"Il y a encore plein de mystères": Gildo Pastor, le fils d'Hélène, raconte avoir...

Le tram arrive à l'aéroport, pour une phase de tests

Le lancer de haches, ça vous tente ?

L'extension en mer est désormais visible

Mis à jour le 26/07/2018 à 05:05 Publié le 26/07/2018 à 05:05
Sur le caisson inauguré hier par le prince Albert II, on retrouve le monogramme du souverain dans l'un des angles supérieurs.

Sur le caisson inauguré hier par le prince Albert II, on retrouve le monogramme du souverain dans l'un des angles supérieurs. Cyril Dodergny

L'extension en mer est désormais visible

Hier, le premier des dix-huit caissons formant la ceinture protectrice de l'extension en mer a été inauguré. Cette avancée sur la mer de six hectares a désormais une partie émergée

Au pied d'un navire de croisière voguant par là, il paraîtrait presque rikiki. Pourtant, la bête - que dis-je l'iceberg - en béton armé a de quoi imposer. Un beau bébé trapézoïdal de presque dix mille tonnes aux folles mensurations. 27 mètres de hauteur pour 28 de côté et 3 800 m3 de béton utilisé pour sa fabrication.

Dans le jargon technique du chantier pharaonique de l'extension en mer, on parle de « caisson ». Le premier, celui-là, est arrivé dimanche au petit matin du port de Marseille, où dix-sept autres vont accoucher du Marco Polo (1), le caissonier dans lequel ils sont fabriqués.

Début 2020, ces dix-huit...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct